Stopper le djihad par la pub

Pour décourager les jeunes Français de devenir djihadistes, le gouvernement fait preuve de créativité.

FouineurLe gouvernement français utilise désormais les mêmes armes que ses ennemis. Il vient de concevoir une vidéo empruntant les codes esthétiques du groupe armé État islamique — combattants glorieux, images de qualité cinématographique, montage serré.

Mise en ligne le 28 janvier sur YouTube et DailyMotion, la vidéo «Stop Djihadisme» vise à convaincre les jeunes tentés de s’enrôler pour le djihad que la gloire promise risque de ne pas être au rendez-vous.

Chaque séquence est entrecoupée d’un message de contre-propagande, comme celui-ci : «Ils te disent : Sacrifie-toi à nos côtés, tu défendras une juste cause. En réalité, tu découvriras l’enfer sur Terre et tu mourras seul, loin de chez toi.»

Les images qui suivent, en noir et blanc, montrent la réalité telle qu’elle est : des cadavres, des civils torturés, des enfants syriens en pleurs.

Par cette campagne de sensibilisation, l’État français vise à mettre fin à un phénomène qui prend de l’ampleur : le recrutement de djihadistes européens, par l’intermédiaire d’Internet, pour aller combattre en Syrie dans les rangs d’organisations terroristes.

Un millier de jeunes français seraient déjà partis ou auraient l’intention de le faire. Certains sont revenus, radicalisés et entraînés, et présentent désormais une menace pour la sécurité intérieure.

La campagne comprend aussi un site Web expliquant de façon claire au grand public la nature de la menace terroriste et les signes à surveiller pour aider un proche en voie de radicalisation.

La France marche dans les traces des États-Unis, qui ont conçu la campagne «Think Again, Turn Away», l’an dernier, en affirmant qu’il est essentiel de se battre sur le même terrain que les terroristes.

L’efficacité d’une telle approche n’est pas garantie. Stéphane Mailhiot, planificateur stratégique pour l’agence de publicité lg2, s’interrogeait sur la cible visée dans sa chronique du 29 janvier, entendue à Médium Large.

« Je ne suis pas certain qu’on va réussir à convaincre quelqu’un qui comptait se joindre à un mouvement de ne pas y aller, dit-il. Par contre, d’un point de vue politique, c’est important de montrer à l’ensemble des citoyens qu’on fait les efforts nécessaires. »

La campagne a été bien accueillie par les médias français, dont Les Inrocks, France Info et Le Figaro.

Le message est, en tout cas, utile pour les proches de jeunes en voie de radicalisation. Qu’ils vivent en France… ou au Québec.

Dans la même catégorie
2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

C’est bien mais pas assez!

On pourrait simplement faire appliquer la charte des droits et libertés des personnes selon le code civil du Québec. Le respect de l’égalité homme femme simplifierait la situation si on considérait réellement que c’est une infraction et que l’on amène en cour les contrevenants. Au lieu de permettre à un homme de confession juive de ne d’exiger un homme policier plutôt qu’une femme, ne devrait-on pas exiger le respect de l’égalité?

Le respect de l’état laïque et des droits des personnes avant les exigences d’une religion et non pas l’inverse.

Sans connaitre les lois qui s’appliquent en France ce serait bien qu’il intensifie leur devise: liberté, égalité, fraternité.

Madame Desjardins,
Quand il y a le feu dans la maison, on fait appel aux pompiers pour une intervention ciblée : on éteind le feu.
Ce n’est pas le temps de parler de prévention des incendies.

La prévention des incendies c’est bien, mais c’est un travail de longue haleine.