Survivre à Rio

Le CIO a annoncé un changement aux règles: quiconque survit aux Jeux de Rio et repart en pleine santé remportera une médaille.

Des ouvriers marchent dans le parc olympique, alors que les préparations pour les JO de Rio se poursuivent. (Photo: Patrick Semansky/AP)
Des ouvriers marchent dans le parc olympique, alors que les préparations pour les JO de Rio se poursuivent. (Photo: Patrick Semansky / AP)

Êtes-vous prêt pour les 31es Jeux olympiques de l’ère moderne? Non? Pas grave, Rio non plus.

Plus que jamais, les JO sont l’occasion de voir des athlètes et des coûts de construction se dépasser.

Aux épreuves traditionnelles de saut à la perche et de nage synchronisée s’ajoutent cette année plusieurs mini-épreuves, comme  «ne pas attraper le Zika» ou «ne pas s’empoisonner en touchant l’eau à Copacabana». Autant de choses que vous pourrez voir à la télévision, dans la mesure où le centre de diffusion ne s’effondrera pas sous une vague géante.

C’en est au point que le CIO a annoncé un changement aux règles: quiconque survit aux Jeux de Rio et repart en pleine santé remportera une médaille.

Voici donc un petit guide pour survivre aux Jeux olympiques de Rio. Bonne chance aux athlètes!

1. N’y allez pas

Vous n’êtes pas un athlète qui a consacré 15 ans de sa vie à lancer un javelot le plus loin possible? Vous n’êtes pas un journaliste qui devra décrire avec passion le vol d’un javelot lancé par un athlète qui a passé 15 ans de sa vie à refaire le même geste sans relâche? Vous n’êtes pas un javelot destiné à être lancé par vous-commencez-à-savoir-qui?

RESTEZ CHEZ VOUS!

Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les policiers de Rio. Leur message est sans équivoque: vous n’êtes pas en sécurité à Rio. Le mois dernier, ils ont déroulé à l’aéroport une grande banderole déclarant «Welcome to Hell», probablement le pire slogan de ville depuis «Je suis de Terrebonne humeur».

Et ça, c’est sans compter les risques de se faire dévorer par un jaguar dans une cérémonie de torche olympique. J’insiste: restez chez vous.


À lire aussi:

Zika: Rio, Miami et après?


2. N’oubliez pas d’apporter de la citronnelle

Comme on le sait maintenant, le Zika n’est pas une samba brésilienne qui se danse avec le moins de vêtements et le plus de plumes possible, mais bien un virus qui cause des malformations chez les enfants nés d’une femme atteinte et se propage principalement par les piqûres de moustiques.

Les escrimeurs planifient déjà de ne jamais quitter leurs habits de compétition et de sortir dans les rues de Rio habillés comme un croisement entre un apiculteur et un astronaute.

Autre option: faire congeler son sperme, comme l’a fait un athlète britannique. Cette technique, baptisée «Faire un Angélil», est parfaite pour ceux qui attirent les maringouins même quand ils se baignent dans le OFF.

Quoique… le Zika n’est peut-être pas ce qui devrait inquiéter le plus les athlètes.

Selon le NY Times, à Rio, une femme a 10 fois plus de chances de se faire violer que d’attraper le virus. Les hommes, eux, ont plus de chances de mourir en se faisant tirer dessus. C’est l’égalité des sexes à la brésilienne. Bref, Zika ou pas, à moins d’être une judoka ou un champion de 100 mètres courant plus vite qu’une balle, évitez de sortir de votre chambre.

Dans cette photo aérienne, on peut voir des eaux usées se déverser dans les canaux qui bordent le quartier de Barra de Tijuca, non loin du par olympique de Rio. (Photo: Felipe Dana/AP)
Des eaux usées se déversent dans les canaux qui bordent le quartier de Barra de Tijuca, non loin du parc olympique de Rio. (Photo: Felipe Dana / AP)

3. Tenez-vous loin de l’eau

«Gardez la bouche fermée.» C’est le conseil qu’offrent des spécialistes de la santé du Brésil aux athlètes de sports aquatiques.

On se souvient tous du tollé qu’avait causé le déversement d’eaux usées dans le fleuve St-Laurent. Imaginez maintenant qu’on vous oblige à vous y baigner. Pas dans le fleuve, non: dans les eaux usées elles-mêmes. Les JO de Rio, c’est un peu ça.

Une enquête de l’Associated Press a permis de trouver des virus causant des maladies dans les eaux où se tiendront les compétitions. Plus exactement: 1,7 million de fois plus de virus que le niveau considéré comme dangereux sur les plages de la Californie. Paraît que quand on enlève les virus et les bactéries, le niveau d’eau baisse de moitié.

Les autorités brésiliennes devaient investir 4 milliards de dollars dans le système d’égout et de filtrage des eaux usées de la ville. Ils ont plutôt mis 170 millions, prétextant une crise budgétaire. Comme quoi quand tu as encore des bidonvilles chez toi, il y a peut-être mieux à faire avec ton argent que d’organiser des JO. Mais qu’est-ce que je connais là-dedans? Je dis ça, je ne dis rien.

Lors d’une compétition de surf, l’an dernier, le quart des participants n’ont pu concourir, parce qu’ils avaient des nausées et la diarrhée. Ils surfaient probablement la bouche ouverte.

C’est pourquoi, en plus de garder la bouche fermée, on conseille aux athlètes de ne pas mettre leur tête dans l’eau, ce qui devrait avantager énormément ceux qui nagent «en p’tit chien».

Mais même hors de l’eau, sur la plage, on n’est pas à l’abri. Joueurs de volley-ball, faites bien attention de ne pas trébucher sur des restes humains échoués sur la plage. C’est toujours fâcheux de rater le podium parce qu’on s’est enfargé sur le tibia d’un défunt baron de la drogue.


À lire aussi:

La grande désillusion


4. Fuyez les médias

Ce conseil ne s’adresse pas aux athlètes, mais bien au citoyen moyen. Plus précisément: celui qui ne tripe pas sur les JO.

Celui pour qui les portraits de courageux athlètes olympiques qui mettent leur vie de côté pour accomplir un seul objectif ressemblent plus à une série d’appels à l’aide qu’à des exemples à suivre.

Celui qui n’arrive pas à s’intéresser au hockey sur glace quand on lui en parle à longueur d’année et ne sait pas comment il pourrait s’intéresser au hockey sur gazon une fois par quatre ans.

Celui qui n’est pas plus fier d’un champion de pétanque s’il vient de Saint-Cyrille-de-Wendover que s’il vient de Moscou.

Pour cette personne, un seul conseil: ferme ta télé. Ne l’ouvre plus. Lis des livres. Joue au Parchesi. Regarde directement le soleil, si tes yeux ont absolument besoin de stimulation.

Pendant les Jeux, ICI Radio-Canada Télé proposera 275 heures de reportages en direct sur les compétitions, en plus de 23 chaînes sur le Web. RDS et RDS2 ajouteront à cela 328 heures de couverture, pour un total de… laissez-moi calculer… BEAUCOUP TROP D’HEURES de sports et d’histoires larmoyantes de médailles dédiées à une sœur malade pour garder le goût de vivre.

Quelle belle occasion de renouer avec la vie de nos ancêtres qui regardaient des roches pour se distraire!

5. Attendez un peu

S’il y a une chose que Pékin et Sotchi nous ont apprise, c’est qu’il suffit d’un bon spectacle pour qu’on oublie le pire, des violations de droits de l’homme aux dépassements de coûts en passant par les désastres écologiques et humains.

Sitôt applaudie la première pirouette de gymnaste, sitôt versées les premières larmes de médaillés, tous les problèmes de Rio seront relégués à l’arrière-plan, remisés comme des costumes à froufrou une fois le carnaval passé.

On oubliera tellement tout qu’on sera en ligne pour un autre tour de manège dans deux ans.

Tout va mal à Rio, mais qu’à cela ne tienne: faites-nous jouer une samba et que les Jeux commencent!

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

9 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Puro exagero! Acha mesmo que existem bichos andando pelas ruas do Rio de Janeiro?!?!?! Ridículo…vai pesquisar um pouco, antes de escrever tamanho absurdo.

Concordo totalmente com você! Parece que ele nunca saiu da sua casa. Acabo de voltar do Brasil faz dois meses, e fica sendo o mesmo pais maravilhoso que eu visitei muitas vezes.

Même dit sur un ton léger je crois que vous avez bien raison M. Charlebois. Quand on pense que beaucoup de visiteurs qui ici mange bio, lève le coeur dans une toilette de centre d’achat et qui iront se pâmer sur les beautés de Rio.

Journalisme irresponsable. Des clichés complètement exagérés et aucune préoccupation d’approfondir l’analyse d’un pays si vaste et diversifié comme le Brésil.
Aucune notion de géographie, géopolitique et…aussi…histoire.
Il faut étudier un petit plus, monsieur Charleroi.
Y-a-t il des problèmes inportants au Brésil? Oui, c’est sûr. Mais une analyse responsable ne ferait jamais de ce beau et accueillant pays l’infer que vous avez écrit.

Le mandat de monsieur Charlebois à l’Actualité n’est pas de faire du journalisme, mais des textes satiriques. C’est pour ça qu’il est payé, alors que d’autres le sont pour analyser. Chacun son métier, comme le dit l’adage…

Satiriser quelque chose sans connaître le minimum de son contexte, dans un véhicule d’information important comme « L’actualité », c’est vraiment irresponsable.
Est-ce que M. Charlebois sait qu’il n’y a pas de Zika quand c’est l’hiver su Brésil, puisque les moustiques ne reproduisent pas à cette époque?
Est-ce que M. Charlebois sait qu’il y a beaucoup de compagnies canadiennes qui exploitent les mines au Brésil et qui causant des catastrophes?
Est-ce que M. Charlebois comprend que le Brésil est le pays que historiquement a reçu la plus grande quantité d’esclaves noirs de l’Afrique et que cela (l’esclavage) a causé un énorme problème social au pays à cette époque là et que ce problème continue jusqu’à aujourd’hui?
Il faut étudier un petit peu même pour savoir satiriser, sinon c’est irresponsable et pas juste.

Très difficile d’être enthousiaste au sujet des jeux quand les élites financiers et les politiciens corrompus sont bénéficient au détriment d’une société de plus en plus pauvre. De valeur que les athlètes, les visiteurs étrangers et les téléspectateurs y contribuent.

Pour moi les JO sont dépassés. Trop d’argent pour le pouvoir et laisser la population dans sa misère. Non, je ne regarderai pas le JO. Mais oui, j’ai suivi les jeux du Québec.