Trois-Rivières : le second souffle d’une ville

Ce n’est ni la plus riche, ni la plus réputée, ni la plus chic des villes du Québec. Et pourtant, la capitale de la Mauricie trône en cinquième place de notre palmarès. C’est que la reine déchue de l’industrie des pâtes et papiers s’est retroussé les manches depuis 20 ans.

Photo : Rodolphe Beaulieu
Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Laisser un commentaire

Oui, comme Trois-Rvières à changé depuis 1969. Disparus les sinistres hôtels St-Charles et St-Louis du bas du blvd Des Forges, deux lieux qui n’avaient rien voir avec la sainteté…

Et, depuis la fondation de Montréal, la cité de Laviolette a l’avantage d’être à 75 minutes de route de la métropole ou de la capitale nationale. Oui, pour une belle soirée d’été, les Trifluviens ont le choix : profiter de leur ville ou d’une de leurs deux villes voisines. Et que dire de la campagne tout autour!

Répondre

Ma conjointe et moi avons choisi Trois-Rivières. Nous étions à Québec. Je voulais me rapprocher de ma famille, laquelle habite Repentigny et ma conjointe devait compléter ses études en enseignement. Venir à TR a été l’une des meilleures décisions de ma vie et ce pour plusieurs raisons : 1) Le coût de la vie est accessible, il est possible d’avoir une petite famille et d’y arriver avec un seul salaire 2) La position de TR est géographiquement enviable, proche de Québec et de Montréal 3) La Mauricie est une région magnifique 4) la qualité de la vie et la proximité de l’ensemble des services rendent la vie tellement facile. Bref, c’est sur que lorsqu’on a 19 ans, on cherche peut-être une ville plus palpitante mais lorsque vous vous établissez dans la vie, Trois-Rivières est un endroit à envisager sérieusement.

Répondre