Trouvé dans le métro de Montréal : un trophée Jutra, des fauteuils roulants, un climatiseur…

« Pourquoi ? » et « comment ? » sont deux excellentes questions auxquelles il faudra laisser à votre imagination le soin de trouver la réponse.

Photo © AV Dezign | www.avdezign.ca / CC BY-NC-ND 2.0
Photo © AV Dezign | www.avdezign.ca / CC BY-NC-ND 2.0

Les usagers de la Société de transport de Montréal (STM) n’en ont peut-être pas conscience, mais le métro et les bus sont des mines d’or… d’objets trouvés. Têtes en l’air ou inconscients, les passagers y laissent des babioles pour le moins inattendues.

La STM, qui assure 1,3 million de déplacements par jour, a notamment expliqué à L’actualité avoir trouvé un trophée Jutra laissé à l’abandon. L’ivresse de la victoire, sans doute, aura fait perdre la tête à son lauréat.

Dans la catégorie « Miraculés du métro », on compatit pour les Montréalais qui ont égaré leurs béquilles, déambulateurs et autres fauteuils roulants. Oui, des fauteuils roulants. « Pourquoi ? » et « comment ? » sont deux excellentes questions auxquelles il faudra laisser à votre imagination le soin de trouver la réponse. Il en va de même pour ce qui concerne la quantité d’objets sexuels de toutes sortes qui ont perdu leurs propriétaires.

« Dommage ! » est davantage le terme qui convient à ceux qui ont perdu leur climatiseur flambant neuf (encore dans sa boîte), ainsi qu’à ceux qui ont perdu la trace de leur horloge ou de leur bouilloire.

Quant aux usagers du réseau de transport public qui ragent d’avoir paumé leur énième parapluie, qu’ils se rassurent : certains de ceux retrouvés sont donnés à une designer qui s’en sert pour fabriquer des robes.

Toutes les autres choses ne s’en vont pas pour autant au paradis des objets perdus. La STM affiche un taux de remise au client d’environ 17 %, et un nouveau système instauré en fin d’année 2013 lui permet maintenant de mieux répertorier les trouvailles. Par manque de place, l’entreprise publique s’est fixé pour règle de remettre les objets à des organismes de charité après 21 ou 30 jours, en fonction de leur taille.

Récemment, les autorités des transports new-yorkais ont rendu publique la liste tout aussi étonnante de ce qui a été trouvé dans le métro de la Grosse Pomme. En bref : 1 696 sous-vêtements, 28 482 téléphones cellulaires, 8 répondeurs, 96 radiographies, 853 bagues… et même un lapin, une prothèse de jambe, le pare-chocs d’une automobile et un tuba ! Mieux : le taux de remise au client de la Metropolitan Transit Authority atteint 60 %. « Merci d’avoir retrouvé mon pare-chocs, je me demandais où il était ! »

Plus de détails dans l’infographie ci-dessous (en anglais seulement).

© Subway Maven

© Subway Maven