Une mosquée ou un «musallâ» ?

Comment différencier une mosquée d’un musallâ, et un fondamentaliste d’un radicaliste ? Voici quelques définitions pour y voir plus clair.

mosquee

Y a-t-il 140 mosquées au Québec ? Oui, si on en croit l’interprétation que certains médias ont faite d’une carte ayant circulé récemment.

Or, il n’en est rien. Le Québec compterait en fait une vingtaine de mosquées.

D’où vient la confusion ? D’un manque d’information sur ce qu’est — ou n’est pas — une mosquée, estime l’auteur de la carte, le chercheur Frédéric Castel, spécialiste des religions minoritaires au Québec.

Voici quelques définitions pour y voir plus clair.

Une mosquée est un établissement qui a été officiellement sanctifié. C’est un lieu permanent voué à la prière et aux activités de la communauté (enseignement, services sociaux, funérailles). Parmi la vingtaine de véritables mosquées québécoises, à peine une dizaine auraient plus de 500 fidèles.

Les 120 autres établissements sur la carte abritent de simples associations religieuses, dont un certain nombre ont pignon sur rue sous forme de musallâ. Contrairement à la mosquée, le musallâ est un lieu de prière temporaire, en général beaucoup plus petit, qui peut recevoir une cinquantaine de fidèles.

Le chercheur associé à l’UQAM se penche aussi sur ce qui différencie fondamentalisme, intégrisme et radicalisme, trois termes souvent utilisés à tort, ce qui nuit, à ses yeux, à la bonne compréhension du débat public dont fait l’objet l’islam en ce moment.

Le fondamentaliste ou intégriste fait une lecture conservatrice des textes religieux, mais n’est pas violent. Il est presque toujours en réaction par rapport au groupe dominant de sa religion, qu’il juge trop conciliant.

Le radicaliste, de son côté, est plus sectaire ; il pousse plus loin le repli et le désengagement. Il condamne le monde extérieur, y compris ses coreligionnaires qui n’adhèrent pas à ses idées.

À partir de quand un groupe sectaire ou radical devient-il dangereux pour la société ? « Le discours de la plupart des intégristes ne se traduit pas par des gestes illégaux. Même chez les radicaux. Il y a bien des sectes chrétiennes qui poussent très loin le radicalisme », dit Frédéric Castel, selon qui il est dangereux de vouloir baliser le discours intégriste, voire radical. « La balise du droit devrait être la nature des actions ou des gestes faits, pas le discours. »

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« À partir de quand un groupe sectaire ou radical devient-il dangereux pour la société ? « Le discours de la plupart des intégristes ne se traduit pas par des gestes illégaux. Même chez les radicaux. Il y a bien des sectes chrétiennes qui poussent très loin le radicalisme », dit Frédéric Castel, selon qui il est dangereux de vouloir baliser le discours intégriste, voire radical. « La balise du droit devrait être la nature des actions ou des gestes faits, pas le discours. » »

Plus dangereux de baliser que l’effet des sectes pour les femmes et les enfants …

En tout respect faut tu etre dans le deni rare …

Les sectes de la mission de l’esprit saint …

Abus physique, sexuel chez par des membres … marriage tres jeune, non scolarisation ….

C’est vrai que c’est dangereux baliser ca …..

—-

Ensuite poser la question du danger pour la societe est tellement reducteur … ce monde la sont avant tout dangereux pour leur enfants, les femmes ….

Vos subtiles nuances n’opèrent pas dans le cas des jeux politiques en Israël. On ne parle pas de radicaliste mais ultra-orthodoxe en politique israélienne. Les ultra-orthodoxes ne prennent pas les armes, mais leurs influences sont tellement importantes même minoritaire qu’ils déterminent une logique guerrière dans la politique Israélienne.

On peut faire des nuances très universitaires, mais le sens des mots sera toujours déterminé par un cadre politique qui détermine le sens possible des interprétations. Dernièrement Philippe Couillard a proposé la nuance entre intégriste et radicaliste. Son ministre de l’Éducation de l’époque venait de signé une entente qui mettait fin à la bataille judiciaire l’opposant son ministère à un groupe ultra-orthodoxe juif. Le ministère de l’Éducation a remis entre les mains des parents l’enseignement du programme scolaire général. L’école continuera d’enseigner les textes sacrés du judaïsme.
« En somme toutes ces négociations avec ces écoles ultra-orthodoxes se sont avérées vaines. Elles continuent de dispenser des cours non-conformes aux normes du ministère, elles mettent de côté des matières prescrites.

Cette situation ubuesque touchent plus de 2 000 élèves et nous coûtent plus de 10 millions annuellement.
Quand le premier ministre, Philippe Couillard et le ministre du MELSQ subventionnent l’intégrisme, comment peuvent-ils dire que l’intégrisme est un choix personnel ? »

Quand on fait une concession sur le sens des mots. On en fait aussi en politique, le sens du politique….