Une nomination qui fait école

Sophie D’Amours, 51 ans, deviendra le 1er juin la première femme à diriger l’Université Laval, plus vieille université francophone d’Amérique du Nord. Vingt-cinq recteurs l’ont précédée.

Sophie D’Amours (Photo : Marc Robitaille)

Son plan de match

• Abolir les primes des hauts dirigeants de l’Université, qui leur permettent de conserver leur salaire pendant des années après la fin de leur mandat
• Rendre publics les conditions d’emploi et les comptes de dépenses des hauts dirigeants de l’établissement
• Embaucher de nouveaux professeurs
• Attirer plus d’étudiants étrangers

Son C.V.
• Professeure de génie industriel depuis 1995, à l’Université Laval
• Vice-rectrice à la recherche et à la création, à l’Université Laval, de 2012 à 2015

Elle a dit

« On va travailler beaucoup sur l’excellence. Mieux enseigner, adapter nos méthodes d’enseignement à la réalité d’aujourd’hui, à la réalité numérique. »

Les commentaires sont fermés.

Mes plus chaleureuses félicitations, Madame!
Il est grand temps qu’on fasse le « ménage » dans cette chasse-gardée de hauts dirigeants masculins dont les manières de penser freinaient tout avancement dans bien des domaines.