Vallée de l’Okanagan : la success story des Osoyoos

Enracinée dans la région touristique de l’Okanagan, la nation osoyoos est économiquement autonome. Son domaine viticole, Nk’Mip, la première exploitation amérindienne de ce genre en Amérique du Nord, fait sa fierté.

Galerie d’images

Infos
Fermer
Plein écran

      Par Laurent Vu Thê (texte et photos)

      Sur les terres de la réserve autochtone d’Osoyoos, en Colombie-Britannique, n’allez pas parler de bien-être social, de pauvreté ou de chômage endémique aux 450 membres de la communauté. Son conseil de bande est le premier employeur du sud de la vallée de l’Okanagan et il est à la tête d’un conglomérat de neuf entreprises – qui comprend, entre autres, complexe hôtelier de luxe et entreprise de construction. Celui-ci dégage un chiffre d’affaires annuel de 20 millions dollars. Enracinée dans la région touristique de l’Okanagan, la nation osoyoos est économiquement autonome. Elle tire ses revenus principalement du tourisme et de la viticulture. Son domaine viticole, Nk’Mip, la première exploitation amérindienne de ce genre en Amérique du Nord, fait sa fierté.

      Les commentaires sont fermés.

      Amateur de vin que je suis, j’ai été attiré par ce dossier. C’est définitivement inspirant que de savoir qu’une communauté désireuse de se prendre en main viens des membres et pour ces membres. Félicitations à tous ceux qui croit que le succès vient avec une vision de réussir pour le bien de tous. Je prendrai un verre à leur santé.

      Wowwwww Ca change des histoires d horreur auquelle nous sommes habitué !!!
      Y a de l espoir pour les communautés autoctones, de plus en plus de * succès story * de ce genre qui malheureusement ne se retrouvent pas dans les médias.
      Bravo, et Merci pour ce reportage !!!!