Vision autochtone

Si les films sur le mode de vie des Premières Nations et les grands espaces qu’ils habitent abondent, Les oeuvres de fiction réalisées par des Autochtones sont rares. Mais tous les espoirs sont permis, depuis le succès mondial du film Atanarjuat, la légende de l’homme rapide en 2001. Il s’agissait du premier scénario entièrement écrit en inuktitut et réalisé par une équipe inuite. L’actualité vous propose une sélection de films documentaires et de fiction, qui ont pour thème la vie des Autochtones, particulièrement dans le Nord québécois.

En collaboration avec Daniel Chartier, directeur d’Imaginaire du Nord, le laboratoire international d’étude multidisciplinaire comparée des représentations du Nord de l’UQAM.

Documentaires

Le peuple invisible

Sortie : 2007
Réalisation et scénario: Richard Desjardins et Robert Monderie
Durée : 91 min 16 s
Synopsis :
Pour la toute première fois, l’histoire de la nation algonquine du Québec est portée au grand écran. Aujourd’hui survit un peuple de quelque 9000 personnes plongé dans la misère, un drame qui se passe tout près de chez nous. Richard Desjardins et son acolyte Robert Monderie sonnent l’alarme.

Cliquez ici pour voir la bande-annonce.

« Un indien, ça ne vaut rien… »
Notre journaliste Pierre Cayouette a rencontré Richard Desjardins en entrevue, au sujet de son documentaire Le peuple invisible.

Si le temps le permet

Sortie : 2003
Réalisation : Elisapie Isaac
Scénario et texte: Elisapie Isaac
Durée : 27 min 51 s
Synopsis :
Entre la tradition et la modernité, la réalisatrice Elisapie Isaac, originaire du Nunavik, retourne au village de Kangirsujuaq et s’interroge sur la culture inuite. Des jeunes lui confient, en inuktitut, leurs espoirs et réflexions sur la vie quotidienne du nord québécois.

Cliquez ici pour visionner le film en entier.

Mon village au Nunavik

Sortie : 1999
Réalisation : Bobby Kenuajuak
Scénario et texte: Karina Goma et Bobby Kenuajuak
Durée : 47 min 57 s
Synopsis :
Le réalisateur Bobby Kenuajuak nous présente la vie de sa communauté au Nunavik. Pendant trois saisons, il suit le quotidien d’une famille de son village, Puvirnituq, aux abords de la baie d’Hudson, dans le Nord québécois.

Kanata : l’héritage des enfants d’Aataentsic

Sortie : 1998
Réalisation, scénario et texte: René Siouï Labelle
Durée : 52 min 8 s
Synopsis :
Le réalisateur René Siouï Labelle parcourt le territoire de ses ancêtres, et cherche à retracer leur passé méconnu. Il s’interroge sur l’identité de sa nation wendat, en recueillant les récits d’hommes et de femmes de sa communauté. Les images sont d’une grande beauté et les témoignages de l’historien Georges E. Siouï, de l’artiste Mireille Siouï et de l’anthropologue Bruce Tigger ajoutent à la profondeur de la réflexion.

Cliquez ici pour visionner le film en entier.

Les Exilés du Nouveau-Québec

Sortie : 1995
Réalisation : Patricia V. Tassinari
Scénario: Erna Buffie
Durée : 52 min 7 s
Synopsis :
À l’été 1953, sept familles inuites du Nunavik se déplacent vers l’Arctique sous l’ordre du gouvernement fédéral canadien, qui tente d’assurer sa souveraineté dans le Grand Nord. Contre leur gré, elles ne pourront pas revenir vers leur village, et seront oubliées pendant plus de trente ans dans de rudes conditions. Ce film fait état de leurs efforts et de leurs luttes pour s’en sortir.

Kanehsatake – 270 ans de résistance
Sortie : 1993
Réalisation : Alanis Obomsawin
Durée : 119 min 15 s
Synopsis :
En juillet 1990, un conflit armé éclate dans le village d’Oka, opposant les Autochtones de Kanehsatake à la Sûreté du Québec et l’Armée canadienne. La réalisatrice et productrice Alanis Obomsawin a été témoin de la garde autochtone pendant 78 jours et nuits, derrière les barricades érigées par les Mohawks.

Cliquez ici pour visionner le film en entier.

Nanouk l’Esquimau

Sortie : 1922
Réalisation : Robert Flaherty
Scénario, photo, montage : Robert Flaherty
Durée : 79 minutes
Synopsis :
Le film documente une année dans la vie d’un Inuit nommé Nanouk et de sa famille. Il décrit la chasse, la pêche, le commerce et les migrations des Inuits, dans leur mode de vie traditionnel. Certains passages sont davantage mis en scène que pris sur le vif, mais le film demeure un précurseur dans le style du documentaire anthropologique.

Oeuvres de fiction

Ce qu’il faut pour vivre

Sortie : août 2008 au Québec
Genre: drame
Réalisation : Benoit Pilon
Scénario: Bernard Émond et Benoit Pilon
Durée : 102 minutes
Synopsis :
Tivii (Natar Ungalaaq) est un chasseur inuit de la Terre de Baffin. Atteint de tuberculose, il se voit obligé de quitter sa famille pour se faire soigner dans un sanatorium de Québec. Il ne comprend pas le français, ce qui le pousse à s’isoler jusqu’à désirer la mort. À la rencontre d’un jeune garçon inuit, il reprendra goût à la vie.

Cliquez ici pour voir la bande-annonce.

 

Le Journal de Knud Rasmussen

Sortie : 2006
Genre: drame
Réalisation : Norman Cohn et Zacharias Kunuk
Scénario: Eugene Ipkarnak et Madeline Ivalu pour les dialogues en inuktitut
Durée : 112 minutes
Synopsis :
Le réalisateur inuit Zacharias Kunuk s’est inspiré du journal de l’explorateur et scientifique danois Knud Rasmussen, en 1922, pour réaliser ce long métrage. Il dresse le portrait du grand chaman d’Iglulik, Avva (Pakak Innukshuk), et de sa fille Apak (Leah Angutimarik), dont le mode de vie est menacé par la christianisation et la modernité.

Cliquez ici pour visiter le site officiel du film.

 

Atanarjuat, la légende de l’homme rapide

Sortie : 2001
Genre: drame
Réalisation : Zacharias Kunuk
Scénario: Paul Apak Angilirq
Durée : 172 minutes
Synopsis :
Ce film raconte la légende d’Atanarjuat (Natar Ungalaaq) et de son frère Amaqjuaq (Pakak Innushuk). Lorsque ce dernier est assassiné, Atanarjuat devra retrouver sa force spirituelle pour venger la mort de son frère et retrouver l’harmonie. Ce conte oral millénaire est le premier long métrage en langue inuktitut jamais réalisé. Il a remporté
20 prix, entre autres celui de la Caméra d’Or au Festival de Cannes en 2001, le prix du meilleur long métrage canadien au Festival international du film de Toronto et le prix Génie du meilleur film, au Canada, en 2002.

Cliquez ici pour visiter le site officiel, en anglais.

 

Kabloonak

Sortie : 1994
Genre: drame historique
Réalisation : Claude Massot
Scénario: Claude Massot et Sébastien Régnier
Durée : 103 minutes
Synopsis :
Le film recrée l’aventure entreprise par le pionnier Robert Flaherty en 1922, dans le village d’Inukjuak où il a filmé Nanouk l’Esquimau. Ce faux making-of nous montre la rencontre entre deux mondes – celui de Flaherty (Charles Dance) et celui de l’Inuit Nanouk (Adamie Quasiak Inukpuk). Il pose un regard sur la célébrité de Flaherty après la sortie du film, alors que Nanouk et sa famille périssent de faim.

 

 

Agaguk

Sortie : 1992
Genre: aventure
Réalisation : Jacques Dorfmann
Scénario : Evan Jones et Rudy Wurlitzer
Durée : 112 min
Synopsis :
Le jeune guerrier inuit Agaguk (Lou Diamond Phillips) vit dans le Grand Nord canadien, au milieu des années 30. Refusant de se contraindre à marchander avec l’homme blanc, il tue un Américain et fuit sa tribu. Son père en colère lui jette un sort qui le tourmentera jusqu’au dénouement. Le scénario est adapté du roman « Agaguk », d’Yves Thériault, publié en 1958.

 

Pour en connaître davantage…

Le Wapikoni mobile

Le Wapikoni mobile est un studio cinématographique ambulant, mis au monde par la cinéaste Manon Barbeau et l’Office national du film (ONF). La roulotte de 34 pieds sillonne les réserves autochtones pour offrir aux jeunes la chance d’apprendre à faire des courts métrages et des clips. Depuis ses débuts, le Wapikoni a produit près de 200 courts métrages et remporté 21 prix dans les festivals nationaux et internationaux.

Cliquez ici pour visionner les films de l’expédition 2008.
Note: l’équipe du Wapikoni attend la fin de toutes les escales de l’expédition 2008 avant de rendre disponible tous les films sur leur site Internet. Il y aura donc plus de vidéos à visionner en janvier 2008.

Le court métrage Coureurs de nuit, de l’Atikamek Chanouk Néwashish, réalisé dans le cadre de l’expédition 2005 du Wapikoni, a déjà remporté cinq prix (dont celui du meilleur court métrage documentaire au festival imagineNATIVE de Toronto).

Cliquez ici pour en visionner un extrait.

Terres en Vues

Terres en Vues organise chaque année le festival Présence autochtone en juin à Montréal et à Kahnawake. On y présente les arts visuels, le cinéma, la vidéo, la littérature et les arts de la scène des peuples autochtones des Amériques. Pour consulter la liste de tous les films et vidéos canadiens présentés au festival depuis sa fondation en 1991, cliquez ici.

Isuma.tv

Isuma.tv est un portail Internet qui présente les vidéos de cinéastes autochtones à travers le monde, dans le but de les aider à rejoindre une plus grande audience. Pour visionnner des extraits de films autochtones canadiens réalisés dans les deux dernières années, cliquez ici.

Les festivals

Ces festivals présentent souvent des films autochtones :

Festival de films sur les droits de la personne

Festival du Nouveau Cinéma

Festival Présence autochtone

 

 

Les plus populaires