Sports

Shea Weber améliore-t-il le CH?

L’annonce de l’échange de P.K. Subban contre Shea Weber est tombée comme une bombe. Mais qu’y a-t-il derrière cette transaction?

Shea Weber après qu'il ait marqué un but contre les Sharks de San José, le 3 mai 2016. (Photo: AP/Mark Humphrey)
Shea Weber après qu’il eut marqué un but contre les Sharks de San José, le 3 mai 2016. (Photo: AP/Mark Humphrey)

Il y a encore tant à dire sur cet échange qui a envoyé P.K. Subban aux Predators de Nashville en retour de Shea Weber. Après tout, il est rare qu’on assiste à ce genre d’événement, deux joueurs étoiles qui bougent, sans rien d’autre; pas de choix au repêchage, pas de jeunes espoirs, pas de vétérans en fin de carrière dont on se débarrasse du salaire.

Plus encore, cet échange est particulier parce qu’on n’est pas en présence de deux équipes qui dégarnissent une position de force pour compenser une faiblesse. Si on s’attarde à ce que les deux joueurs font sur la glace, on a surtout affaire à un changement de style au sommet de la hiérarchie défensive du CH.

Alors, la question qui tue: Shea Weber aide-t-il le Canadien à s’approcher un peu plus de la coupe Stanley?

Marc Bergevin l’a admis lui-même: Weber, plus vieux de presque quatre ans que Subban (bientôt 31 ans contre tout juste 27) va amorcer son déclin avant l’autre. Mais du même souffle, le DG du Canadien insiste: Weber appartient encore à l’élite de la ligue.


ACT16LNLNH

Les nouveaux dieux de la LNH


Les outrages du temps

À quel âge un joueur de hockey devient-il vieux? Chaque individu est unique, c’est évident, mais pris comme population, les joueurs de la LNH ralentissent assurément à l’orée de la trentaine, après avoir connu leurs meilleurs moments à la mi-vingtaine.

L’ingénieur Eric Tulsky, aujourd’hui à l’emploi des Hurricanes de la Caroline, a été un des principaux animateurs du renouveau de l’analyse statistique du hockey depuis 2008. Parmi les nombreux articles qu’il a écrits (la section «Outnumbered» du site du réseau SB Nation garde ceux-ci en archives), on trouve quelques références importantes au vieillissement des joueurs de la LNH.

Cet article datant de 2014 traite directement des variations de performance des joueurs, notamment les défenseurs. Tulsky use d’une méthode simple, mais efficace. Pour chaque saison d’un joueur donné, il calcule la variation du Corsi rating, soit le pourcentage de tirs vers le filet obtenus par l’équipe du joueur lorsque celui-ci est sur la glace. On considère que ce pourcentage représente efficacement le taux de possession de rondelle de l’équipe, élément déterminant pour obtenir la victoire.

Je me permets de reproduire ici le graphique présenté par Tulsky pour les défenseurs. Il montre comment ceux-ci, à l’instar des attaquants, connaissent leurs meilleures saisons à la mi-vingtaine.

Tulsky

Ce graphique demande quelques nuances, et Tulsky en propose deux. Premièrement, les jeunes défenseurs sont proportionnellement moins nombreux. Par conséquent, les surdoués sont surreprésentés dans les premières cohortes. Deuxièmement, les défenseurs plus âgés ont probablement des responsabilités plus lourdes à porter.

Si ces éléments expliquent la précocité du plateau de performances, ils n’enlèvent rien au fait qu’après une régression graduelle à partir de 25 ans, les choses dégénèrent nettement après 30 ans.

L’évolution de Shea Weber

Parce qu’il va avoir 31 ans au début de la prochaine saison, la question se pose: Weber vieillit-il bien? Vu de loin, avec le peu de données dont nous disposons aujourd’hui, il y a lieu d’être très inquiet.

Je parlais plus haut de la nécessité de mettre des statistiques comme le Corsi en contexte. C’est ce que le blogueur Steve Burch a tenté de faire en mettant au point l’indice Delta Corsi (aussi appelé dCorsi). Expliqué en détail ici, cet indice prend en compte des variables comme l’âge, le temps de jeu du joueur, la qualité de ses adversaires et de ses coéquipiers pour créer un niveau attendu de performance pour chaque joueur. On présente ensuite la différence (le delta) entre ce niveau et le niveau réel de performance. On peut ainsi évaluer jusqu’à quel point un joueur est capable de s’acquitter des tâches qu’on lui confie.

Un autre blogueur, Conor Tompkins, a construit un outil de visualisation de données de l’indice de Burch. Ce que j’aime de cet outil, c’est qu’il découpe, d’une part, les performances par saison et, d’autre part, distingue les performances offensives et défensives.

En utilisant le dCorsi pour retracer l’évolution de la carrière de Weber, on constate que celle-ci prend depuis trois ans un tournant inquiétant (la version interactive est ici).

dCrosi Weber

Shea Weber signe son lucratif contrat à l’été 2012 et passe immédiatement du mauvais côté de la ligne. Pire encore, il semble depuis, au fil des saisons, de plus en plus dépassé par les événements.

Weber ne s’est jamais remis du départ de son collègue Ryan Suter, avec qui il a joué près de 90 % du temps entre 2007 et 2012. Sam Page a décrit dans Sports Illustrated cette relation symbiotique entre Weber et Suter. En gros, elle était basée sur deux éléments importants.

D’abord, Weber a, en zone défensive, une présence physique exceptionnelle, qu’il sait particulièrement mettre en valeur avec un autre défenseur au style physique. Parce qu’il lit bien le jeu et fait peu d’erreurs, Weber sait dans ce contexte quand s’imposer et quand appuyer son partenaire.

Ensuite, Weber a besoin de jouer avec un défenseur habile avec la rondelle et rapide sur ses patins. Lui-même ne transporte et ne passe que peu le disque.

Si Suter répondait à ces deux critères, Roman Josi, qu’on lui a systématiquement associé depuis la saison 2013 (plus de 80 % de son temps de jeu), ne répond qu’à un seul. Le Suisse est un joueur remarquablement mobile et habile avec la rondelle, mais dont le jeu physique est parfaitement anodin.

Je trouve significatif que, depuis quatre ans, malgré des résultats plus que mitigés sur le plan statistique, on ait persisté dans cette voie à Nashville, même après avoir changé d’entraîneur en 2014.

P.K. Subban lors d'un match contre les Flyers de Philadelphie, le 2 février 2016. (Photo: AP Photo/Matt Slocum)
P.K. Subban lors d’un match contre les Flyers de Philadelphie, le 2 février 2016. (Photo: AP Photo/Matt Slocum)

Comment intégrer Weber à l’alignement du CH?

Weber serait à son mieux lorsque jumelé à un autre défenseur étoile. Parce qu’entendons-nous bien: un défenseur physique, rapide et habile avec la rondelle, ça ne court pas les rues. Personne, dans la brigade défensive du Canadien, ne répond présentement à ce profil. Emelin est physique, Mark Barberio et Nathan Beaulieu sont rapides, Markov est lent, mais fort habile. Son intégration à son nouveau club représente donc tout un casse-tête.

Lorsque je parle de Shea Weber comme d’un défenseur qui excelle sur le plan physique, mais ne déplace pas vraiment la rondelle, je ne parle pas que de ouï-dire et de rumeurs. Dimitri Filipovic, du réseau Sportsnet, a effectué un travail de moine au cours des dernières séries éliminatoires. Il a, pour les trois premières rondes, noté les entrées et sorties de zone de chaque club et indiqué au passage quel était le défenseur visé. Il en a tiré deux articles (le premier ici, le deuxième ici) qui éclairent notre compréhension du travail des défenseurs.

Lorsqu’on examine le détail des données fournies par Filipovic (elles sont disponibles ici), on constate que Weber excelle dans l’art d’empêcher l’adversaire d’entrer dans sa zone en possession du disque. Plus que tout autre défenseur de son équipe, il force l’ennemi à rebrousser chemin ou à rejeter la rondelle en fond de zone.

Weber-Josi

Remarquez que ça ne veut pas dire que la présence de Weber force les équipes adverses à passer de l’autre côté. Lui et Josi ont dû affronter un nombre quasi identique de tentatives d’entrée de zone, et les données de Filipovic ne disent pas dans quelles proportions les rejets ont mené à des récupérations en échec avant.

Les données fournies pour les sorties de zone sont un peu moins détaillées, mais elles nous indiquent tout de même que Roman Josi a, sur ce plan, l’avantage sur son collègue, 58 % de ses sorties de zone étant en possession de la rondelle, contre 45 % pour Weber.

Sans avoir colligé des données aussi détaillées que celles de Filipovic, j’ai noté les entrées et sorties de zone pour les deux tiers de la dernière saison. Premier constat, la part de sorties de zone effectuées en contrôle du disque montre que le profil de Subban se rapproche bien plus de celui de Josi que de Weber.

SortiesCH2

Deuxième constat, si on ramène le nombre de sorties de zone effectuées par heure jouée, on voit à quel point, en contrôle ou pas, Subban était actif. Il mène ou partage la tête dans toutes les facettes de la transition vers la zone neutre.

SortiesCH

On aura beau vanter jusqu’à plus soif la qualité du jeu de Weber sans la rondelle, le fait est que le départ de Subban creuse un immense trou qu’il ne saura combler. Quelqu’un, quelque part, devra prendre le relais. Et idéalement, ce quelqu’un serait aussi capable d’une présence physique importante, histoire de maximiser la portée de Weber. Juste ça. À moins d’un échange, on n’a pas de solution évidente à ce problème.

Mais des pistes peuvent être suivies. Coordonnateur de l’analyse vidéo et statisticien pour les Martlets de l’Université McGill, Jack Han s’est fendu d’une analyse détaillée du défi que représente Weber pour le Canadien. Han en vient à la conclusion que, sans un partenaire idéal pour Weber, le CH devrait jumeler Beaulieu à Jeff Petry et utiliser ce tandem en première ligne à forces égales, pour ensuite déployer Weber avec Barberio dans la deuxième paire.

Même si le rôle confié à Barberio peut surprendre, l’idée est loin d’être farfelue, surtout lorsqu’on regarde où il se situe dans les graphiques ci-dessus. La question est de savoir s’il est capable de tenir le rythme en jouant plus systématiquement contre les meilleurs éléments adverses.

J’ai l’impression qu’on devra surtout réorganiser les stratégies de sortie de zone défensive. Les Penguins de Pittsburgh ont démontré lors des dernières séries éliminatoires qu’une implication soutenue des attaquants dans ces situations pouvait combler un manque évident de capacités de la part des défenseurs.

Reste à voir si l’idée plaît au personnel d’entraîneurs et s’ils seront capables, le cas échéant, de l’exécuter efficacement. En écrivant ces lignes, je pense à cette chronique de Travis Yost, de TSN, écrite à la fin janvier. L’auteur y comparait les réactions de Michel Therrien et de Bruce Boudreau à une même séquence malheureuse au mois de décembre. Alors que Boudreau a imposé à son club un resserrement manifeste en défensive, le Canadien a tout simplement continué son petit bonhomme de chemin.


À lire aussi:

Pat Brisson, l’ange gardien des joueurs


Au sujet de l’avantage numérique

Si Shea Weber produit tant de buts et de passes, c’est grâce à ses présences dans le jeu de puissance. Selon les données colligées par le site Corsica.hockey, Weber a accumulé 4,8 points par heure jouée à cinq contre quatre depuis trois ans, ce qui le classe au quatrième rang de la LNH parmi les défenseurs ayant joué au moins 200 minutes dans cette situation. Sa performance est encore plus impressionnante lorsqu’on isole les buts marqués, 2,3 par heure jouée, 28 au total. Seul Oliver Ekman-Larsson s’approche de ce total (26), mais avec beaucoup plus de temps de jeu (990 minutes contre 730 pour Weber).

En fait, Weber a participé directement (en marquant ou en effectuant la passe menant directement au but) à 57 % des buts marqués lorsqu’il était sur la glace à cinq contre quatre. Seul Matt Dumba a, durant la même période, eu un plus grand effet direct, mais il n’a joué que 290 minutes dans cette situation.

Sachant que le CH a embauché cet été Kirk Muller pour s’attaquer au problème de l’avantage numérique, on peut considérer l’arrivée de Weber comme un point positif. Ses états de service sont impressionnants et Muller a toujours contribué à structurer des jeux de puissance supérieurs à la moyenne.

Weber fait-il progresser le Canadien?

À regarder les données des dernières saisons, deux constats s’imposent à mes yeux. S’il a besoin d’être accompagné d’un excellent défenseur pour être lui-même excellent, peut-on vraiment parler de Shea Weber comme d’un défenseur d’élite? Je ne le crois pas. Un remarquable numéro 2, un top 4, certainement, mais pas un joueur d’élite. Or, il remplace un défenseur qui appartient de plein droit à l’élite.

Ensuite, compte tenu de l’évolution de ses statistiques, mais aussi du fait que les Predators (qui le connaissent mieux que quiconque) ont choisi de l’échanger alors qu’il est encore au sommet de sa gloire, il est plus que probable que le gros défenseur droitier ait déjà amorcé sa descente. Encore une fois, ça ne veut pas dire que Weber est inutile ou mauvais, surtout pas. Mais on doit envisager la possibilité que le joueur qui a participé à la conquête de la médaille d’or à Sotchi en 2014 ait depuis commencé à décliner.

Sur le strict plan du hockey, quoi qu’en dise Marc Bergevin, le Canadien sort manifestement perdant de cet échange. Non seulement la contribution globale de Weber est-elle à mon sens inférieure à celle de Subban, mais ses qualités sont beaucoup plus difficiles à mettre en valeur. Alors qu’on n’a qu’à demander à Subban d’aller sur la glace, peu importe la situation, l’adversaire et l’identité de ses coéquipiers, Weber semble avoir besoin d’un partenaire au style bien particulier pour offrir sa pleine mesure. Et, au risque de me répéter, le Canadien n’a pas de joueur du genre dans sa brigade. Même si les efforts conjugués de Weber et de Muller vont donner un coup de piston à l’attaque, la situation reste problématique.

Si on redessine l’avantage numérique pour tirer profit du tir puissant de Weber, si on réorganise les sorties de zone défensive pour s’appuyer moins lourdement sur le premier droitier, si on trouve un défenseur gaucher capable d’une certaine robustesse, mobile et habile avec le disque, alors oui, Weber va pleinement se faire valoir, il nous rappellera peut-être même le joueur dominant qu’il fut aux côtés de Suter.

Mais Subban aurait bénéficié autant sinon plus que lui de ces mêmes manœuvres.

Et si ces ajustements ne sont pas effectués ou si, par malheur, Weber a bel et bien amorcé la phase de déclin accéléré de sa carrière (je le répète: pour la plupart des défenseurs, elle commence autour de 30 ans), Marc Bergevin traînera cet échange comme une casserole jusqu’à la fin de sa carrière.

À moins que Roman Josi ne soit un authentique chaudron que Weber a dû trimballer depuis quatre ans? On aura alors une belle surprise. C’est la beauté de cet échange: Subban prend la place de Weber, qui prend la place de Subban, dans des brigades qui ont autrement peu changé. On saura, plus tôt que tard, si cette transaction était égale. S’il est trop tôt pour se prononcer, j’avoue être plutôt pessimiste. Les indicateurs ne tournent pas au rouge comme ça, on n’échange pas un capitaine sans peur et sans reproche comme Weber lorsque tout va bien.

Enregistrer