Ce que les données nous disent sur Michel Therrien

Si l’entraîneur du Canadien a un effet aussi négatif sur la production offensive de son club, c’est parce que les stratégies qu’il préconise ne tiennent pas compte de deux éléments clés. 

Photo : Francois Lacasse/NHLI/Getty Images
Photo : Francois Lacasse/NHLI/Getty Images

Blogue_hockey2Michel Therrien est-il un bon entraîneur ? Marc Bergevin n’a aucune patience pour ce genre de questions, sa réaction lors de sa dernière conférence de presse en témoigne. Mais les faits sont têtus : quand bien même Therrien a cumulé, au cours des trois dernières saisons, une fiche plus qu’enviable en saison régulière, les choses n’ont pas toujours été aussi évidentes en séries. Et lorsqu’on regarde son cheminement, certains éléments ressortent encore et encore.

Depuis l’arrivée de Therrien à la barre de l’équipe, le Canadien est 6e au chapitre des victoires en saison régulière, avec 125. En séries éliminatoires, le CH se classe aussi 6e sur la même période, avec 17 victoires. Le printemps 2013, avec ses 9 victoires, y a toutefois été pour beaucoup et il est indéniable qu’on est encore aujourd’hui loin de la parade au mois de juin.

N’en déplaise à Marc Bergevin, la question revient : Therrien est-il l’entraîneur qui pourra permettre au club de franchir la prochaine étape ? On a unanimement souligné, lors des analyses de fin de saison, à quel point le Canadien est aujourd’hui un club qui ne marque pas beaucoup. Et il semble bien que ce soit là un trait récurrent des équipes dirigées par Michel Therrien.

Un entraineur qui étouffe ses attaquants ?

Michel Therrien a participé à quatre changements d’entraîneurs. Deux fois, il a remplacé un collègue (Alain Vigneault en 2000-01 et Ed Olczyk en 2005-06) et deux fois il fut remplacé (par Claude Julien en 2002-03 et Dan Bylsma en 2008-09). Benjamin Wendorf a étudié les effets de ces changements sur les taux de possession des équipes concernées et les a comparés à ceux d’autres changements d’entraineurs. L’exposé complet, qui comporte des données remontant aux années 50, est fascinant à lire et proprement incriminant pour Therrien.

En se fiant sur le nombre de tirs générés et accordés, Wendorf a démontré que, parmi les 69 entraîneurs étudiés, Michel Therrien se classait 68e ! Plus précisément, Therrien n’a pas vraiment d’effet sur le plan défensif, mais il torpille complètement la production offensive de ses joueurs, faisant perdre plus de quatre tirs par heure jouée. Dans une ligue où une marge de six tirs sépare les meilleures des pires équipes, ce n’est pas rien ! Les données fournies par Wendorf coïncident drôlement avec ce qu’on peut voir ces trois dernières saisons à Montréal.

Les avancées récentes en analyse statistique du hockey de la LNH nous ont appris que le mouvement latéral de la rondelle d’un côté à l’autre de l’enclave et les entrées en zone offensive en possession de la rondelle sont les deux moyens par excellence de marquer. Et si Michel Therrien a un effet aussi négatif sur la production offensive de ses équipes, c’est parce que les stratégies qu’il préconise ne tiennent pas compte de ces deux éléments.

Le Canadien ne traverse que rarement le centre de la patinoire. On privilégie plutôt les mouvements rapides vers l’avant, le long de la bande. Lorsque le Canadien veut sortir de sa zone, on voit souvent un attaquant décoller rapidement vers la zone neutre pour offrir à son coéquipier en possession de la rondelle une cible à qui lober celle-ci par-dessus les adversaires en échec avant. En résulte des dégagements refusés et des passes reçues par un joueur stationnaire en zone neutre.

Or, la meilleure façon d’entrer en zone ennemie en possession du disque, c’est de le faire avec suffisamment de vitesse pour forcer les défenseurs adverses à reculer. Et cette vitesse ne peut s’acquérir qu’en prenant son élan de la ligne bleue défensive. Tyler Johnson, qui fait ces jours-ci la pluie et le beau temps pour le Lightning, est un spécialiste de ce genre de manoeuvre. Observez comment, sur ce but, il remonte vers sa ligne bleue pour prendre son élan :

Chez le Canadien, les sorties de zone sont plutôt le produit un simple dégagement de la rondelle vers des attaquants stationnaires en zone neutre. Ceux-ci n’ont alors pas la vitesse requise pour déboîter les défenseurs adverses lorsqu’ils entrent en zone offensive.

Une fois en zone offensive, la stratégie du Canadien n’est guère plus efficace. Le CH déplace souvent la rondelle d’un côté à l’autre de la patinoire en utilisant les défenseurs à la pointe ou en passant la rondelle derrière le filet. Lorsqu’on attaque l’enclave, c’est avec un tir de la pointe à travers une forêt de joueurs, ou encore à partir d’une poussée à deux ou trois joueurs qui se dirigent de la bande vers le filet. Le Canadien dépense beaucoup d’énergie à déplacer le disque en zone offensive sans pour autant forcer le gardien adverse à faire des déplacements rapides d’un côté à l’autre de son filet.

Les limites de la stratégie

Entendons-nous bien. Le hockey n’est pas du soccer, encore moins du football américain. Là où on cherche des patrons de jeu, des structures préparées, on ne trouve bien souvent que des réactions instantanées à des situations inattendues. Le jeu tactique au hockey se résume en grande partie par des patrons de jeu génériques, à l’intérieur desquels les joueurs font leur affaire. Mais les entraîneurs ont chacun leur style et ils privilégient des façons parfois très différentes de gérer certains aspects du jeu.

Les données nous disent que Michel Therrien a un effet négatif sur le temps de possession de rondelle des équipes qu’il dirige, et que cet effet est le fruit de systèmes qui relèvent de l’entraîneur. On peut le voir à l’œil nu lorsqu’on observe le Canadien. Les joueurs évitent systématiquement le centre de la patinoire dans les trois zones, vraisemblablement pour minimiser les chances d’un revirement coûteux. Ce faisant, on se cantonne aux zones à partir desquelles il est extrêmement difficile de créer des occasions de marquer.

Est-ce à dire que Marc Bergevin devra, plus tôt que tard, se résoudre à congédier son entraîneur ? De toute évidence, Michel Therrien sait apprendre de ses erreurs, ayant notamment appris à garder la confiance de ses joueurs. On l’a vu en séries, alors son club a appliqué son plan de match avec zèle jusqu’à la fin, même lorsqu’il ne fonctionnait pas. Rien n’empêche de croire qu’il peut faire de même sur le plan tactique.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

11 commentaires
Les commentaires sont fermés.

michel est un tres bon entraineur .les joueur le respecte et ont apprient a se sacrifier pour l,equipe bon jeu ensemble mes un manque flagrand de finition autour du but.je croix quìl aurait besoin d,un assistant pour l,atact et avantage numerique.aussi qu and on est en serie il faut pas avoir peur du jeu rude.des joueur comme max p et pecaneck ont les voix pas impliquer souvent autour du but adverse. ils leurs manque souvent le deuxieme efforts ce sont des joueur de qualites et regarde les videwo des serie et vous constaterer que lorsque ont est dans trouble ses tres souvent eux qui sont sur la glace

De grâce Monsieur Coulombe, utiliser un dictionnaire!!!Vous lire et voir toutes vos fautes . ouf !!!!!

Je suis d’accord pour dire que c’est pénible de lire un texte mal écrit et rempli de fautes. Je trouve normal que certaines personnes ressentent le besoin de le souligner. Mais ça parait toujours mal quand cette personne fait elle-même des fautes. Utiliser, conjugué à l’impératif, s’écrit avec -ez, mon cher Bernard. Comme dans : la prochaine fois, utilisez un conjugueur.

Muphry’s law: toute critique de l’orthographe/grammaire va contenir une erreur d’orthographe/grammaire.

Michel Therrien devrait être échangé pour la saison prochaine. Le Canadien à besoin d’un entraîneur axé sur l’offensive en tenant compte aussi de la défensive. Le style de jeu préconisé par Michel Therrien va faire en sorte que le Canadien va plafonné pour les années à venir. Il lui manque l’audace et l’instinct des gagnants.

Ce n’est pas dit que Michel Therrien n’est pas en mesure de changer son approche. Évidemment il ne faut pas s’attendre à une révolution, mais malgré les statistiques décevantes qui sont répertoriées dans l’article: le Canadien a marqué pratiquement autant de buts contre le Lighting (13 vs 14) que les Rangers à forces égales (et les Rangers en ont marqué 6 seulement dans le 6è match), une équipe avec un système pourtant beaucoup plus orienté vers l’offensive. Je parle du Lighting parce que c’est l’équipe contre laquelle les mésaventures offensives ont été les plus flagrantes.

Je crois que si l’on pouvait avoir des unités spéciales dignes de ce nom, et remplacer un ou deux joueurs qui sont présentement beaucoup moins bons en séries qu’en saison, le système de Therrien serait une solide pierre angulaire pour 45 à 50 minutes par match. Un système capable d’étouffer une attaque explosives comme celle du Lighting dans 70% des matchs, c’est un sérieux atout pour se rendre au grand soir, il faut simplement améliorer (drastiquement) les autres facettes du jeu.

Encore plus inquétant est le fait que Marc Bergevin ne semble pas avoir de solutions pour les lacunes au centre des deux premiers trios. Selon lui, il n’y aura pas de gros joueurs de centre disponible une fois le Canadiens fera son choix en 26ième position, il n’y aura pas non plus disponible parmi les joueurs autonomes, et aucun équipe est ouvert à échanger ses gros joueurs de centre avec le Canadiens. Donc, aucune solution. Point final. Merci et bonjour.

Aucun club n’est intéressé à laisser aller ses bons joueurs. Il faut mettre l’accent sur le développement de nos jeunes joueurs à l’attaque. Avec un entraîneur qui ne mise pas juste sur la défensive.

Un autre excellent texte M.Bouchard. J’adore votre style de journalisme de données.

Le problème n’est pas l’alignement du Canadiens, mais bien l’équipe d’entraîneurs. C’est évident lorsqu’on regarde une équipe comme Detroit qui a mieux fait que Montréal contre Tampa Bay, malgré une moins bonne attaque, une défensive nettement plus faible et des gardiens qui ne se comparent même pas. On nous dit qu’on est en transition mais on ne fait pas jouer Galchenyuk au centre, on n’ose même pas ESSAYER de donner des ailiers de qualité à Eller, ne serait-ce que pour 5 matchs, on envoie Bournival et Tinordi à Hamilton pour faire jouer Malhotra et Gonchar, etc. Le 81 et le 94 sont 2 gros bonshommes qui ont un fort potentiel mais on ne leur laisse aucune chance de prouver leur valeur. Pendant ce temps, Cooper à TB fait jouer les jeunes triplets et n’hésite pas à muter Stamkos à l’aile (14pts en 10 matchs depuis ce changement).

Les données indiquent qu’un changement de l’équipe d’entraîneurs permettrait à tout le talent du CH d’enfin pouvoir s’épanouir et d’aspirer aux grands honneurs de façon perpétuelle.

« on envoie Bournival et Tinordi à Hamilton pour faire jouer Malhotra et Gonchar, etc. »

Il y a longtemps que les 2 derniers ont vu du vrai temps de glace…