Desharnais chez les Oilers ? Ça ne risque pas d’arriver

Les rumeurs selon lesquelles le Canadien enverrait le numéro 51 en Alberta passent commodément un détail sous silence : du point de vue des Oilers, l’échange n’a aucun sens.

Photo: Paul Chiasson/La Presse Canadienne
Photo: Paul Chiasson/La Presse Canadienne

Blogue_hockeyLa rumeur court depuis quelques jours. Les Oilers d’Edmonton sont au désespoir, et voudrait un joueur de centre pour appuyer Ryan Nugent-Hopkins. Plus encore, David Perron, qu’on dit frustré des insuccès de l’équipe, serait celui qu’on offre aux autres équipes dans l’espoir de combler un besoin criant. Le lien s’est rapidement fait avec le Canadien, où l’on a pas moins de 6 centres dans l’alignement (Michaël Bournival jouait au centre à Hamilton, on l’oublie parfois). Et un nom ressort dans toutes les rumeurs : David Desharnais.

C’est une belle rumeur, qui tombe à point. Pour les médias, cinq jours à parler du Canadien sans match à se mettre sous la dent, c’est long ! Elle a aussi le mérite d’alimenter les conversations sur un sujet récurrent — l’éventuelle mutation d’Alex Galchenyuk au centre, dont l’équipe ne fait pas de secret, ça s’en vient un jour —, tout en passant commodément un détail sous silence : du point de vue des Oilers, l’échange n’a aucun sens.

On en parlait il y a quelque temps sur ce blogue, David Desharnais occupe chez le Canadien un rôle précis. En compagnie de Max Pacioretty, c’est à lui qu’on confie un maximum de mises en jeu en zone offensive, l’objectif étant d’assurer un maximum de production offensive à partir de ces situations de jeu. Le tableau suivant résume rapidement la chose.

Statistiques à 5v5, saison 2014-2015

Nom

% Tirs

% Mises

ZD/60

ZO/60

Temps de glace

TOMAS PLEKANEC

50%

42%

25,4

18,6

13:46

MANNY MALHOTRA

33%

19%

52,6

12,1

8:23

DAVID DESHARNAIS

53%

58%

16,3

22,7

13:48

LARS ELLER

52%

41%

20,0

14,2

12:30

Un bref rappel des indicateurs :

  • % tirs : part des tirs vers le filet obtenus par l’équipe lorsque le joueur est sur la glace. Donne une bonne idée du temps de possession de la rondelle.
  • % mises : part des mises en jeu tenues en zone offensive. Donne un idée du rôle donné au joueur par l’entraineur.
  • ZD/60, ZO/60 : le nombre de mises en jeu disputées en zone défensive (ZD/60) et offensive (ZO/60) par heure passée sur la glace.
  • Temps de glace : temps de glace par match à 5 contre 5. 

Si David Desharnais obtient beaucoup de tirs vers le filet, c’est en partie parce qu’on lui donne le plus grand nombre de mises en zone offensive. Il joue un rôle bien précis, alors que des joeurs comme Plekanec et Eller ont des tâches plus défensives. Malhotra est dans une classe à part, un véritable spécialiste de la zone défensive.

Reprenons le même tableau, cette fois-ci pour les Oilers d’Edmonton.

Statistiques à 5v5, saison 2014-2015

Nom

% Tirs

% Mises

ZD/60

ZO/60

Temps de glace

BOYD GORDON

44%

11%

56,6

6,7

9:50

RYAN NUGENT-HOPKINS

54%

63%

12,6

22,0

15:26

MARK ARCOBELLO

50%

72%

9,9

25,4

13:11

LEON DRAISAITL

54%

83%

4,1

20,0

9:56

Boyd Gordon joue un rôle tout à fait exceptionnel chez les Oilers. Il ne prend presque pas de mises en zone offensive, ce qui ne l’empêche pas de tenir le coup en matière de possession. À regarder le tableau ci-dessus, on se demande bien où pourrait cadrer un joueur comme David Desharnais. On peut trouver qu’Arcobello est celui qui, des centres d’Edmonton, en arrache le plus relativement aux autres, mais il est peu probable que Desharnais lui soit supérieur au point de justifier la perte de David Perron (qui joue principalement avec Arcobello, au fait).

Le problème actuel des Oilers semble plutôt se cacher du côté défensif. Chris Boyle, du réseau Sportsnet, s’est à ce sujet fendu d’une analyse détaillée du type de tirs au but accordé par les Oilers. Il en conclu qu’un gardien moyen devrait, avec les Oilers, obtenir un taux d’arrêts de 0,903 depuis le début de la saison, un taux horrible qui est symptomatique d’une défensive qui accorde une quantité industrielle de tirs dangereux.

Si le problème des Oilers est véritablement au centre, c’est Lars Eller ou Tomas Plekanec qui devrait les intéresser. Un centre capable de livrer la marchandise en défensive comme à l’attaque permettrait de ramener le jeune Draisaitl à l’aile d’Arcobello, par exemple. Mais il est peu probable que Marc Bergevin souhaite se départir de ces joueurs à court terme.

En fait, les Oilers sont sur la bonne voie. Le manque parfois catastrophique de cohésion de l’équipe ne trouvera sa réelle solution que dans un resserrement tactique et la stabilisation des effectifs a fort probablement un rôle à jouer. Avec 5 entraineurs différents au cours des 7 dernières saisons et 6 joueurs seulement ayant endossé l’uniforme de l’équipe depuis au moins trois ans, le DG Craig MacTavish doit y penser à deux fois avant de continuer à brasser la soupe. L’équipe est présentement au fond du classement et les 29 autres DG de la LNH ne feront pas de cadeau.

Une bête blessée ne devrait pas aller nager avec les requins.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Pas grand chose à dire sauf que c’est une très belle conclusion en tant que fin d’un article. Du «punch» à son meilleur et qui traduit bien la situation vécue par les Oilers.

Bonjour,dans votre tableau il manque combien de fois David perd la rondelle en situation de zone offensive et je ne parle pas des mises au jeux,il y a ici une reflexion a faire lorsque il est en possession de la rodelle en zone offensive en mode attaque,le nombre de fois que David perd la possession de la rondelle est trop grande,et M.Bergevin en regardant les videos avec sont equipes entraineurs aura une reflexion a faire la decision leur appartient .
Bonne reflexion. ecris avec un pointeur lazer alors pas accent.