La mise en échec de Joé Juneau

L’ex-joueur-vedette du Canadien voulait combattre le décrochage scolaire et la criminalité chez les jeunes Inuits grâce au hockey. Il aurait échoué, selon une étude commandée par les dirigeants locaux, qui viennent de supprimer une partie de son financement.

JUNEAU_G
Photo: Simon Bruty/Sports Illustrated/Getty Images

Encourager les jeunes Inuits du Nunavik à persévérer à l’école, leur inculquer de saines habitudes de vie et prévenir la criminalité grâce à la pratique du hockey. C’était l’ambition du Programme de développement des jeunes du Nunavik axé sur le hockey (PDJNH), lancé dans les 14 communautés du territoire en 2006 par le joueur retraité du Canadien Joé Juneau et deux partenaires inuits. Un objectif crucial pour cette région, minée par les problèmes sociaux et de santé, notamment chez les jeunes: automutilation, alcoolisme, agressions sexuelles, suicide, obésité…

Or, le PDJNH, financé à hauteur de 2,1 millions par le Programme Ungaluk (voir plus bas), n’a pas atteint tous ses objectifs au terme de ses 10 années d’existence. Une évaluation effectuée par le bureau de conseillers en gestion Goss Gilroy à la demande des partenaires de Juneau — la Société Makivik et l’Administration régionale Kativik (ARK) — révèle que le PDJNH n’a eu aucun effet direct sur la prévention de la criminalité: le nombre d’agressions au Nunavik est resté aussi élevé.

Même chose pour le taux de décrochage scolaire (80 %). Le partenariat d’origine avec la commission scolaire Kativik a été rompu en 2012, et il n’existe donc plus de liens entre les résultats scolaires des jeunes et leur participation au PDJNH. Celui-ci aurait plutôt eu l’effet inverse, en raison des entraînements et tournois durant les jours de classe, et aurait accru l’intimidation et les bagarres à l’école au lieu de les enrayer.

Le nombre de jeunes Inuits ayant profité du PDJNH est faible, compte tenu de son coût. Selon le rapport d’évaluation, quelque 440 jeunes (garçons et filles de 5 à 17 ans, des catégories de hockey prénovice à bantam) ont bénéficié du programme durant chacune de ses années d’activité. Soit à peine 12,9 % de la population cible (3 420 jeunes Inuits). Et parmi ces jeunes, la majorité (312) n’ont joué que trois jours.

Le PDJNH comportait trois volets: les tournois régionaux, le hockey local et le volet Sélect. Ce sont les stages d’entraînement des Nordiks (les joueurs du volet Sélect, dont le logo imite celui des ex-Nordiques de Québec) et leurs tournois dans le Sud qui perdent leur financement de 875 000 dollars (dont 225 000 étaient consacrés à la formation des entraîneurs). Cette décision a été prise par les dirigeants inuits de la Société Makivik — qui gère les fonds issus de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, signée en 1975 — et l’Administration régionale Kativik, qui offre des services publics aux habitants du Nunavik.

Le financement du reste du programme (1,3 million de dollars) est reconduit, afin de «soutenir le développement du hockey mineur à l’échelle locale au Nunavik» et de «miser davantage sur les tournois régionaux plutôt que sur les compétitions dans le sud du Québec», selon un communiqué commun de Makivik et de l’ARK. L’objectif est que plus de jeunes puissent jouer plus souvent au hockey.

Le rapport d’évaluation indique que le budget de 2,1 millions servait d’abord à payer les voyages et la pension des jeunes, tant au Nunavik que dans le Sud (62,7 % des dépenses), ainsi que les salaires (21,2 %). Et que les écarts salariaux sont énormes entre les aspirants entraîneurs (payés l’équivalent de 29 250 dollars annuellement) et le coordonnateur et chef instructeur Joé Juneau, qui a reçu 232 992 dollars par année au cours des quatre dernières années.

Le rapport note également que les cadres et les membres du personnel travaillent en moyenne 112 jours, soit 43% de l’année. Les salaires des quatre cadres excèdent 100 000 dollars lorsque projetés sur une base annuelle, alors que ceux des cinq employés équivalent à 50 000$ sur une base annuelle. « Les salaires dans le cadre du PDJNH sont généreux, particulièrement au niveau des cadres », indique le document*.

Le Parti québécois et la Coalition Avenir Québec ont tenté de convaincre le gouvernement libéral d’élaborer des plans pour maintenir ce programme. Réponse du ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley: Québec n’a pas réduit sa contribution au Programme Ungaluk et les Inuits sont responsables de leurs choix.

juneau_exergue3

Joé Juneau sait qu’il suscite des frustrations dans le Nord. D’anciens collègues déplorent son salaire, mais aussi son absence — de son propre aveu, Juneau admet qu’il ne passe plus beaucoup de temps au Nunavik. Ex-entraîneur pour le PDJNH, coordonnateur du hockey pour la municipalité de Kuujjuaq depuis quatre ans, Danny Fafard en a gros sur le cœur. «Je lui reproche surtout son manque de présence dans les communautés du Nord, alors que les arénas sont vides et délaissés, dit-il. Et d’être méprisant lorsqu’on ne partage pas son opinion: si seulement il acceptait de travailler en équipe!»

D’autres personnes contactées ont refusé de témoigner, par crainte de représailles. L’une d’elles m’a expliqué que Juneau l’aurait déjà avertie de se taire, l’aurait menacée de lui envoyer une plainte pour diffamation, précisant qu’il avait du pouvoir et qu’il l’utiliserait quand ce serait opportun. Cette personne ajoute avoir déjà été intimidée par Juneau.

«Plutôt que de mettre la main à la pâte, beaucoup ne cherchent qu’à critiquer notre travail, dit Juneau. Ce sont souvent des gens jaloux, qui ignorent combien nous nous y sommes investis et quels succès nous avons récoltés.»

Il affirme être «extrêmement déçu» des conclusions du rapport d’évaluation, qu’il juge non sérieux. «L’an dernier, dans le volet Sélect, nous avons passé 195 heures sur la patinoire, 135 dans des activités pédagogiques sur le “développement du leadership et des compétences de vie universelles”, élaborées avec l’Université d’Ottawa, 80 dans les arénas du Sud pour des parties de hockey, note-t-il. Pendant toutes ces heures, nous n’avons vu l’évaluatrice mandatée par Goss Gilroy que quelques heures à peine.»

Selon lui, ce rapport est surtout une «évaluation de perceptions». Parmi les 141 personnes rencontrées par l’évaluatrice (sur une période de six mois, dans 7 villages sur les 14 de la région et lors de tournois dans le Sud), il y avait, souligne-t-il, des parents qui n’étaient «jamais présents» aux entraînements ni aux matchs ou qui se sentaient «frustrés que leur enfant n’ait pas été sélectionné».

Il précise qu’au cours des quatre dernières années les équipes du volet Sélect des Nordiks du Nunavik ont remporté 10 tournois majeurs dans le Sud. «Prétendre que notre programme apporte peu de positif et qu’il n’est pas lié à la prévention du crime est honteux et insultant!» dit-il.

Au rapport d’évaluation, Juneau oppose une étude commandée en 2013 par Québec en Forme à Corliss Bean, de l’Université d’Ottawa, et dont les résultats sont nettement plus à son avantage — la chercheuse précise toutefois n’avoir visité que quatre villages où le programme fonctionnait bien, sachant que ce n’était pas forcément le cas dans tous. Juneau fournit aussi une vingtaine de lettres d’appui de participants, de collègues, de directeurs d’école ainsi que de Hockey Canada, et évoque divers parents et entraîneurs déçus de l’arrêt des tournois dans le Sud.

Jobie Kasudluak fils, directeur de l’aréna d’Inukjuak, coordonnateur logistique local pour le PDJNH, entraîneur pour le volet Sélect et père d’un joueur de 16 ans, regrette que les fonds aient été amputés. «Ce programme a donné à mon fils et à d’autres jeunes de notre communauté la motivation de rester à l’école, faute de quoi ils n’ont pas le droit de participer aux tournois régionaux», dit-il. (Sur la page Facebook Nordiks NYHDP, on peut lire des messages de jeunes attristés par la suppression des tournois dans le Sud.)

Quant à la question du décrochage scolaire, toujours élevé, Joé Juneau refuse d’en porter le blâme, le problème ne pouvant être réglé sans l’appui de toute la communauté, à commencer par les parents. Du même souffle, il déplore que, souvent, «les arénas ne sont pas prêts à temps pour accueillir les joueurs, qu’il manque de propane pour la Zamboni, que le système de réfrigération est en panne», etc.

«Le PDJNH est communautaire, et si la communauté ne fait pas le nécessaire pour bien l’implanter et en tirer profit, c’est évident qu’il ne peut pas être aussi positif qu’il devrait l’être.» Le rapport de Goss Gilroy souligne toutefois que le PDJNH n’a pas toujours été à la hauteur dans la formation des entraîneurs locaux, souvent à peine plus âgés que les joueurs et manquant des compétences nécessaires.

Bref, s’il rejette les conclusions du rapport, Joé Juneau respecte la décision des élus au sujet du financement. Il n’est d’ailleurs «pas prêt à lâcher» et prépare un budget pour la nouvelle mouture du programme, dont il devrait continuer à s’occuper. Au même salaire? «Il y a des ajustements à faire, c’est évident, répond-il. L’important est que les gens ne travaillent pas pour rien, et que personne ne soit payé à ne rien faire.»

*NOTE: La version originale du texte a été modifiée pour apporter des précisions au sujet de la rémunération des cadres et des entraîneurs.

Programme Ungaluk

L’argent qui sert à financer le programme de hockey vient d’un fonds qui devait à l’origine financer une prison.

Le Programme Ungaluk, d’une durée de 20 ans (2007-2027), reçoit 10 millions de dollars par année de l’État québécois. Au départ, une somme de 200 millions avait été allouée par Québec pour la création d’un centre de détention au Nunavik, tel que prévu dans la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. Au lieu d’une prison, c’est le Programme Ungaluk, visant à prévenir la criminalité dans la région, qui a été créé.

La quasi-totalité du financement du PDJNH (2,1 millions de dollars) provient de ce programme. Québec en Forme a également fourni 150 000 dollars par année, de 2011 à 2016, en vertu d’un partenariat avec la Société Makivik.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

9 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Ce n’est pas une personne absente et anciennement de la L.N.H que les jeunes ont besoin, mais plutôt des gens passionnés et honnêtes ou l’intérêt des jeunes passent avant tout. Par ailleurs, des noms connus c’est comme un feu d’artifice, c’est épatant au début, mais ça ne dure pas longtemps, ça disparait et ça coute cher… Ce qu’ils ont vraiment besoins ce sont plusieurs Danny Fafard, les gens en place vous témoignera de tous les efforts et initiatives de sa part, c’est un homme de coeur et non un homme d’affaire…

Son programme existe depuis plusieurs années. Sa réputation lui a apporté de la visibilité, en parti pour lui-même et son projet mais davantage pour les villages Inuits du nord du Québec. Il a sensibilisé les québécois aux problèmes que vivent les gens dans le grand nord. En ce sens il aura réussi sa mission! Joe Juneau pourrait se retirer du projet afin que son salaire élevé serve à davantage de gens. Cest une question de transition… et j’imagine que c’est une des raisons pour lesquels il était moins présent sur le terrain depuis quelques temps.

S’il se retire, reste à voir qui prendra en charge les commandes. Il semble y avoir un manque de communication entre les villages/institutions judiciaires et communautaire. Ca va prendre beaucoup plus d’intervenants sur le terrain pour réussir à faire une vrai différence.

En terme de salaire on pourrait prendre le salaire de un Juneau et le remplacer par 4 ou 5 intervenants. Lequel serait le plus bénéfique pour les citoyens de Kuujuaq?

D’avoir été témoin de beaucoup de choses depuis la mise en place de ce programme, et de connaître plusieurs des individus qui ont eu des rôles à jouer, la tournure des événements est terriblement triste. Tout d’abord un rapport d’évaluation se basant sur des perceptions et affirmations, et maintenant des articles qui en font de même.
Ignorants, jaloux, déloyales, menteurs et prétentieux, voilà ce qui représentent très bien ceux qui sont derrière ce magouillage, qu’on peut qualifier de sabotage.
Malheureusement, pour des raisons malsaines, plusieurs se refusent d’admettre que ce programme a eu (et a toujours) des retombées majeures pour la région suites aux efforts gigantesques et acharnés de certains.
De mémoire, Joé Juneau avait fait confiance à Danny Fafard en l’engageant afin d’aider les communautés à implanter ce programme au niveau local et à former des entraîneurs locaux. Qu’en est-il des résultats de son travail? Les propos de monsieur Fafard sont pour le moins ironiques car de mémoire, il a lui même délaissé les communautés du Nunavik afin de s’établir à Kuujjuaq et de se concentrer que sur un des 14 villages. Et pour ce qui est du travail d’équipe, il est encore là ironique de lire ces propos quand on est au fait des agissements récents de Danny Fafard vis-à-vis ce même programme pour lequel il a pourtant travaillé.
Il est terriblement triste que suite à la lecture d’un rapport et d’articles, les gens se mettent à en croire le contenu et à en tirer des conclusions. On nous porte à croire par ces lectures que monsieur Juneau en retire un salaire trop élevé pour ce qu’il apporte à cette population par ce programme. De l’information vérifié, le montant de rémunération publié est faux. En fait, depuis les tous début du programme, le taux de rémunération pour les services professionnels de Joé Juneau est basé sur $100/hr, et n’a jamais changé en 11 ans. On peut facilement trouver plusieurs professionnels qui sont mieux rémunérés, surtout à travailler en région éloignée.
D’avoir été témoin de nombreuses choses qui sont arrivées depuis l’existence de ce programme, il est évident que certains ont intérêt à essayer de discréditer ce programme pour des raisons personnelles, carriéristes et politiques.
Bref, il faut vraiment connaître toute cette histoire et les gens qui y ont eu des rôles à jouer afin de savoir à quoi s’en tenir. Peut-être qu’un jour, monsieur Juneau en écrira un livre. On peut l’espérer, pour ceux que cela intéresse.

Danny travaille tres fort comme coordinateur de hockey pour Kuujjuaq, nous avons environ 200 joueurs des diffierents niveaux qui sont sur la glace pendant la saison. Ayant ete ici et au courant des differents developments du programme de NYDHP, je peux vous affirmer que votre deception n’est pas justifiee… et votre commentaire de connaitre toute cette histoire – je la connais depuis 10 ans, alors a vous de vous informer!

Typique de tout ce que touchent nos gouvernements socialistes: peu, très…très peu des fonds alloués se rendent aux personnes qui en ont besoin car les argents sont dévorés par la bureaucratie obèse et tentaculaire.

S’il fallait que l’on fasse le même exercice avec tous les organismes gouvernementaux, on découvrirait que l’argent qui nous est confisqué via les innombrables taxes et impôts est gaspillé et que les résultats ne sont jamais au rendez-vous et qu’il ne sert en grande partie qu’à engraisser un labyrinthe administratif rempli à ras bord de fonctionnaires ultra-syndiqués, hyper-protégés avec des pensions dorées alors que les gens qui sont sensés en bénéficier croupissent au dernier rang des préoccupations des organisateurs.

Ben l’fun l’empathie et les émotions mais un peu de logique, de pragmatisme et d’intelligence appliqués régulièrement et aux bons endroits seraient beaucoup plus productifs et efficaces.

Pour une fois François 1 je suis 100% en accord avec ton propos. mais avec des enquêtes chez les fonctionnaires….ce serait très dispendieux et les rapports finiraient sur les tablettes en toute impunités

Merci pour cet excellent article qui présente, pour une première fois il me semble, le point de vue de ceux qui questionnent les retombées de ce programme.

N’oubliez jamais que TOUTES les « retombées économiques » ne sont qu’un leurre pour analphabètes en économie et ils ont été créés pour obtenir des subventions étatiques lorsque la logique nous dit de ne pas investir.

Les retombées relèvent de l’astrologie et ne sont en réalité qu’un déplacement d’argent (si l’argent désiré par les bénéficiaires des subventions n’était pas investi dans le projet présenté comme ayant des « retombées économiques » mirobolantes, il serait investi ailleurs de toute façon et aurait également des « retombées économiques »!!!). D’ailleurs, à ce sujet, je vous propose de lire ce petit texte écrit par Frédéric Bastiat il y a presque 170 ans et qui est toujours d’actualité:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme_de_la_vitre_cass%C3%A9e

Dans la plupart des projets présentés comme ayant des « retombées économiques » enviables, les dépenses sont présentées comme des « investissements », les recettes sont miraculeusement multipliées par 3 ou par 4 et même par 9 dans certains cas, via les fournitures de biens et services que le projet génère, etc…

Mais ce que l’on omet souvent de nous dire, c’est que le même argent « investi » ailleurs que dans le projet hasardeux aurait exactement les mêmes effets (retombées économiques).

Ça frise la fraude intellectuelle.

Bref, plus la rentabilité d’un projet est douteuse et plus les retombées économiques seront présentées comme importantes. D’ailleurs, si ces calculs reflètent la réalité, pourquoi nous limiter à une centaine de projets par année? Imaginez donc l’ampleur des retombées économiques si nous en organisions davantage! Et si les recettes fiscales sont effectivement neuf fois plus importantes que la dépense initiale, ne venons-nous pas de découvrir la méthode miracle pour ne plus jamais encourir de déficit budgétaire? Avec un rendement de neuf pour un, les ministres des Finances aux niveaux provincial et fédéral devraient se bousculer pour financer tous les projets!

Il fallait être tellement naïf pour croire qu’un tel programme pourrait faire baisser la criminalité au Nunavik (l’argent provient des fonds libérés suite à la décision des Inuits de ne pas construire de prison dans la région). La criminalité endémique dans le nord canadien est surtout causée par la relation coloniale entre les peuples autochtones et les gouvernements et le système judiciaire en est le principal instrument: il a contribué plus que tout autre facteur à la violence dans le nord en étant incapable d’avoir un approche pertinente pour les peuples autochtones. On penserait qu’un tel système a pour but de réduire la criminalité alors que les statistiques démontrent que depuis qu’il a été imposé aux Inuits (et autres autochtones), les taux de criminalité n’ont cessé d’augmenter et les taux d’incarcération sont demeurés hors de proportion avec le pourcentage de la population autochtone au pays. Alors, compter sur un programme de hockey pour s’attaquer à un problème systémique d’une telle ampleur vouait le programme à l’échec. Ce n’est pas un mauvais programme, loin de là, mais il faut quand même demeurer réaliste et ne pas lui imposer un objectif qu’il ne pourra jamais atteindre. Les Inuits ont raison: ce n’est pas en construisant des prisons qu’on va diminuer la violence dans le nord mais ce n’est pas non plus par un programme de hockey et prendre les fonds pour un prison pour ce programme n’est pas approprié. Les fonds auraient du être utilisés pour décoloniser toute la question de la justice au Nunavik, pour rendre la justice plus pertinente pour la population locale, par et pour les Inuits, en remplacement d’une cour itinérante coloniale qui ne parle pas la langue du nord et qui est une espèce de cirque volant arrivant en avion dans les villages et repartant de la même manière, emportant les délinquants vers les prisons du sud… Quant au système d’éducation qui fonctionne dans une langue coloniale (anglais ou français), encore là, le hockey peut aider mais l’objectif est démesuré face aux problèmes de l’éducation dans le nord.