Le problème avec Manny Malhotra

Lorsqu’on décortique le temps de possession de la rondelle en fonction de la présence de Malhotra, les répercussions négatives de ce dernier ressort clairement.

Photo: Graham Hughes/La Presse Canadienne
Photo: Graham Hughes/La Presse Canadienne

Blogue_hockey2Le quatrième trio du Canadien est sujet à une transformation radicale depuis le retour au jeu de Lars Eller. Le centre du dernier trio, Manny Malhotra, a un rôle bien précis à jouer, qu’on a décrit ici il y a quelques semaines. Spécialiste des mises en jeu, ses coéquipiers n’hésitent pas à souligner sa contribution à leurs propres succès dans ces duels.

Chaque mise en jeu ouvre en effet une « fenêtre d’opportunité » d’environ 20 secondes à l’intérieur de laquelle le temps de possession de rondelle varie énormément en fonction de la zone du résultat de la mise en jeu. Le tableau ci-dessous résume la chose :

Part des tirs obtenus selon la zone de mise en jeu et son résultat

Victoire

Défaite

Zone offensive

83 %

56 %

Zone neutre

69 %

31 %

Zone défensive

44 %

16 %

Jeu ouvert

50 %

Lorsque Malhotra est envoyé pour disputer une mise au jeu en zone défensive (on l’a vu participer parfois à près de 60 % de celles-ci lors d’un match), on comprend donc que ses prouesses peuvent permettre à l’équipe de se sortir plus rapidement du pétrin sans donner de chance de marquer à l’équipe adverse. Sans Lars Eller, Malhotra joue un rôle crucial : ni Desharnais ni Galchenyuk n’ont la confiance de l’entraineur dans ce genre de situation.

Mais lorsque Lars Eller (qui remporte près de 60 % des mises en jeu en zone défensive, un taux exceptionnel ) et Tomas Plekanec (qui en remporte quant à lui près de 55 %) sont tous deux disponibles, les prouesses de Malhotra au cercle sont moins importantes. Ce qui reste alors, c’est l’impact du reste de son jeu sur les performances de l’équipe. Et celui-ci se résume de plus en plus en un mot : catastrophique.

La chose peut sembler exagérée. Centre du quatrième trio, Malhotra ne joue que 8 minutes par match, essentiellement contre les quatrièmes trios adverses. Peut-il vraiment avoir un impact négatif sur les succès de son équipe ? Absolument.

Nul n’en doute, Malhotra est un spécialiste des situations défensives, surtout lors des mises au jeu près du but de Carey Price. Mais Malhotra dispute l’essentiel de son temps de glace en situation de jeu ouvert, soit les séquences où l’impact de la dernière mise en jeu ne se fait plus sentir.

Au total, le Canadien obtient depuis le début de la saison 50% des tirs en situation de jeu ouvert à cinq contre cinq. C’est donc dire qu’il fait jeu égal avec ses adversaires au temps de possession de rondelle une fois passé l’effet des mises en jeu. Le joueur ayant le plus gros impact sur le temps de possession est, depuis quelques saisons déjà, PK Subban. Et lorsqu’on décortique le temps de possession de la rondelle en fonction de la présence ou de l’absence de Subban et Malhotra, l’impact négatif de ce dernier ressort clairement.

Part des tirs obtenus à 5v5 en situation de jeu ouvert

Avec Malhotra

Sans Malhotra

Total

Avec Subban

40%

57%

55%

Sans Subban

29%

52%

47%

Total

32%

54%

50%

Même lorsqu’on lui associe le meilleur joueur du club, Malhotra coule comme une roche au fond du lac. On pourrait dire qu’à titre de joueur défensif, on demande à Malhotra de jouer lorsque le pointage est serré, en troisième période — bref, dans des situations où on demande à l’équipe de se replier plutôt que de tirer au filet adverse. C’est un fait que Malhotra joue plus dans ces situations. Lorsque l’équipe accuse un retard, surtout en 3e période, il ne joue que 10 % du temps. Si l’équipe fait jeu égal ou défend une avance en 3e période, il joue environ 17 % du temps à 5 contre 5. Peu importe le pointage, les performances de Malhotra restent largement en deçà de celles du reste de l’équipe.

Malhotra2

Les succès du Canadien reposent présentement en trop grande partie sur les épaules de Carey Price. Pour continuer à progresser, l’équipe doit améliorer son jeu de possession de rondelle. La refonte en cours du quatrième trio laisse croire que les dirigeants de l’équipe sont conscients des problèmes avec Malhotra. Reste à voir qui sera à même de prendre le relai.

Une chose est certaine : avec des joueurs comme Bournival, Andrighetto, Christian Thomas et Dale Weise, on attend désormais de cette unité qu’elle contribue plus significativement aux succès offensifs de l’équipe. On suit, en ce sens, le modèle développé par les équipes championnes des dernières saisons.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie