Rendus là, que reste-t-il à faire pour sauver la saison du Canadien ?

Au cours des trois premiers matchs de la série contre Tampa Bay, le CH s’est fait servir sa propre médecine.

TAMPA, FL - MAY 6: Brendan Gallagher #11 of the Montreal Canadiens reacts as members of the Tampa Bay Lightning celebrate a goal in Game Three of the Eastern Conference Semifinals during the 2015 NHL Stanley Cup Playoffs at Amalie Arena on May 6, 2015 in Tampa, Florida. (Photo by Mike Carlson/Getty Images)
Photo : Mike Carlson/Getty Images

Blogue_hockey2

Comme finale arrache-coeur, ça en est une splendide. Tyler Johnson, qui marque ces jours-ci un but à tous les trois tirs, a réussi à en coller un à Carey Price avec un peu plus d’une seconde à faire au match. En soi, le geste a quelque chose d’exceptionnel. À l’échelle de la série qui oppose le Canadien au Lightning, c’est quasiment de la routine. Un miracle de plus ou de moins.

Le Canadien méritait mieux

Michel Therrien en avait fait sourciller plus d’un mardi, affirmant qu’il n’y avait pas vraiment d’ajustements à apporter après les deux défaites du club. Pour tout dire, il avait raison. Son club a eu l’avantage deux fois plutôt qu’une à forces égales et l’ascendant pris par Tampa Bay en avantage numérique pouvait être enrayé par un simple resserrement de la discipline chez les hommes en rouges. Sur ce point, on y est à peu près arrivés mercredi soir, le CH écopant de trois pénalités contre deux pour le Lightning.

Outre par leur jeu de puissance, les hommes de Jon Cooper n’ont jamais dominé cette série, ayant au mieux fait jeu égal avec leur adversaire, réussissant surtout à concéder peu de chances de marquer. Hier, ça s’est quand même terminé 18-13 aux chances en faveur de Montréal, 17-9 à forces égales. Est-ce que Tampa Bay, après avoir obtenu son but à mi-chemin en première, a soudainement décidé d’économiser ses énergies pour le match de ce soir ? Je n’y crois pas un instant.

Contrairement aux autres matchs depuis le début des séries, les trios du Canadien ont tous contribué. Même David Desharnais, bien qu’éloigné de Max Pacioretty, a su aider les siens à tirer leur épingle du jeu. Lorsque son trio est sur la glace, Montréal tente 13 tirs et obtient 4 chances de marquer et ne concède que trois tentatives de tirs et une chance… qui s’est retrouvée derrière Carey Price !

figure1

Un apport des quatre trios, c’est fort beau en théorie. En pratique, le CH s’en tire avec une bien maigre pitance : le but de Brendan Gallagher en troisième période était le premier obtenu sur une chance de marquer dans cette série, après 55 tentatives infructueuses !

Ce sont parfois les meilleurs qui trébuchent

Avec un peu plus de deux minutes à faire au match, le meilleur trio du Canadien— Tomas Plekanec, flanqué de Gallagher et Pacioretty —  terminait son avant-dernière présence, en compagnie de PK Subban et Tom Gilbert. La tactique de Therrien était évidente : les trios de Lars Eller et Torrey Mitchell seraient envoyés dans la mêlée pour de courtes présences, appuyés d’Emelin et Petry. Ensuite, Plekanec reviendrait fermer les livres, accompagné de Subban et Markov. Tout ça a été exécuté (pas toujours élégamment) à la lettre et, à 12 secondes de la fin, Plekanec tire les marrons du feu, transporte la rondelle en zone neutre et… fait ricocher la rondelle sur Pacioretty provoquant un revirement. Tampa Bay marque, au nez et à la barbe d’un trio et d’un duo de défenseurs qui les ont dominés tout au long de la soirée.

Rendu là, que reste-t-il à faire ?

L’édition 2014-2015 du Canadien n’est pas un bon club de possession de rondelle. Les choses se sont graduellement améliorées, surtout après la date limite des transactions, alors que Marc Bergevin a su remplacer des joueurs dépassés par de meilleurs éléments. Mais c’est parce que ce club avait derrière lui le meilleur gardien de la LNH qu’il a pu terminer au sommet de sa division. Au cours des trois premiers matchs de la série contre Tampa Bay, le CH s’est fait servir sa propre médecine : malgré un avantage net en possession de rondelle (après trois matchs, ils ont obtenu 60 % des chances de marquer à forces égales), les hommes de Michel Therrien sont au bord du gouffre.

Quels changements apporter à cette recette avant le quatrième match ? Ce n’est pas à l’alignement qu’on doit attendre des changements, mais plutôt dans son utilisation. On va probablement «couper le banc» rapidement et s’appuyer principalement sur les trois premiers trios. Torrey Mitchell ne fera qu’épauler les 3 premiers centres lors des mises en jeu en zone défensive. On ne risque pas de le voir souvent en compagnie de Jacob de La Rose et Devante Smith-Pelly. Toutes les situations corsées vont être confiées en priorité à Plekanec et à Eller.

C’est pourquoi j’aimerais voir Therrien oser quelque chose nouveau. Torrey Mitchell n’est pas qu’un spécialiste de la défensive, c’est aussi un joueur doté d’un certain talent et un très bon patineur. J’aimerais le voir jouer avec deux joueurs à caractère résolument offensif : à l’aile droite, Christian Thomas pourrait remplacer Devante Smith-Pelly, qui déçoit jusqu’ici. On pourrait même pousser l’audace à l’aile gauche, où Sven Andrighetto et, surtout, Charles Hudon, ont aussi du talent à revendre.

C’est un risque, bien sûr. Mais l’an dernier, c’est un risque du genre qui a donné l’avantage définitif au CH contre Boston. On a alors remplacé Douglas Murray par Nathan Beaulieu, ce qui a donné un véritable coup de piston à l’attaque. Michel Therrien a désespérément besoin de ce coup de piston, bien plus que d’un énième dégagement en zone neutre par Smith-Pelly. Thomas, à tout le moins, a mérité sa chance.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Très belle analyse de la série en cours.
Le Tricolore a effectivement bien joué dans l’ensemble. Les derniers matchs ont été perdus comme plusieurs autres ont été gagnés durant la saison. Le Lightning est définitevement la bête noire du CH en 2015… 0 en 8!
Mais rien n’est impossible si l’équipe continue de fournie touts les efforts nécessaires, incluant l’entraîneur qui devrait effectivement osé de petits changements à l’alignement, des risques devenus sans doute nécessaires.
Tant qu’il y a de l’espoir… Il y a de l’espoir!

Vivement un ajout de talent et un retrait de plombier, mais vraiment pour ce soir? je ne crois pas que Therrien aille de ce côté.
Thomas à la place de Smith-Pelly est l’étape évidente, peut-être trop. Malhotra pour Parenteau me surprendrais moins….
En fait, il devrait au moins commencer par couper son banc. Ce qu’il semble incapable de faire.