Dans ses romans, François Barcelo trucide à coups de pelle, de revolver ou de parapluie. Dans la vie? Il est d’une politesse exemplaire. Mais attention! L’homme est aussi inclassable que son oeuvre.