Dossier – Les Ouïgours, l’autre peuple opprimé de la Chine

La culture ouïgoure se meurt, asphyxiée par la colonisation et la répression chinoise. Et les récentes émeutes, dans la région autonome du Xinjiang, n’en sont qu’une autre démonstration. Voyage au Xinjiang, où les idées séparatistes sont punies de la peine de mort.

Les musulmans chinois crient au secours

Les violentes manifestations, qui ont éclaté dans la capitale de la région autonome du Xinjiang, ont fait, jusqu’à présent, plus de 190 morts et quelque 1600 blessés. Et le bilan pourrait s’alourdir… Les tensions entre la minorité ouïgoure, musulmane et turcophone, et la majorité chinoise han sont vives, comme l’a constaté notre journaliste, qui a séjourné au Xinjiang en 2007.

«Nous vivons dans un camp de concentration à ciel ouvert.»

Les Ouïgours, peuple turcophone et musulman vivant dans la région autonome du Xinjiang, sont opprimés par le régime de Pékin. Religion, culture, traditions… Leurs droits les plus élémentaires sont bafoués. «Nous vivons dans un camp de concentration à ciel ouvert», dit Rebiya Kadeer, dirigeante du Congrès mondial ouïgour, exilée aux États-Unis. Notre journaliste, qui a séjourné au Xinjiang en 2007, nous en a rapporté des images.