Dossier – Vive le Québec laïque !

Ce grand cri qui enfle, on l’entendait monter depuis un certain temps déjà. Les Québécois veulent un État laïque. Et pas accommodant, de préférence ! Selon un récent sondage Angus Reid-La Presse, près de trois Québécois sur quatre rejettent toute forme d’accommodements religieux. Mais qu’est-ce donc, au juste, qu’un État laïque ? Un modèle existe-t-il quelque part en Occident ? Les réponses sont parfois surprenantes.

L’Église catholique chouchoutée

Le catholicisme n’est plus la religion officielle de l’État italien depuis 1984, mais l’Église a de quoi se consoler : elle a reçu l’an dernier des contribuables italiens un joli pactole d’un milliard d’euros, soit 1,5 milliard de dollars !

Un impôt religieux

Même si l’Allemagne est un État laïque, les contribuables paient des impôts à l’État… et à leur Église. L’impôt ecclésiastique représente un ajout de 8 % ou 9 % à l’impôt général selon les Länder (États).

Une réputation surfaite

L’État français passe souvent pour un modèle de stricte laïcité, mais les sommes importantes qu’il consacre aux écoles privées confessionnelles et à l’entretien des lieux de culte écorchent cette réputation.

Le paradoxe américain

Même si Dieu a son nom sur le dollar américain (In God We Trust, qui est la devise du pays), les États-Unis n’ont guère dérogé à l’idéal de laïcité formulé dans le premier amendement, de 1791 : « Le Congrès ne fera aucune loi concernant l’établissement d’une religion ou interdisant son libre exercice […]. » Ardent défenseur de la liberté religieuse, le président Thomas Jefferson (1801-1809) estimait que le premier amendement créait « un mur de séparation entre l’Église et l’État ».

La laïcité à toutes les sauces

Que diraient les Québécois si la loi les obligeait à payer de l’impôt à leurs Églises ? Et si l’État versait des salaires aux représentants des différents cultes ? Ou encore si l’enseignement religieux était obligatoire à l’école ? Voilà pourtant des situations qui existent dans des démocraties occidentales qui se proclament laïques.