Google Maps et le bien commun
Techno

Google Maps et le bien commun

Ils influencent la compréhension de l’actualité des uns sur Facebook, décident de la prochaine relation amoureuse des autres sur Tinder… Les algorithmes dominent nos vies et transforment nos sociétés. Et comme l’illustre l’exemple de Google Maps, ce nouveau pouvoir n’est pas toujours bénéfique pour la collectivité.

Il n’y a pas une minute de notre existence qui n’est pas menée par un algorithme, convient Hugues Bersini, codirecteur du Centre d’intelligence artificielle de l’Université libre de Bruxelles (IRIDIA). C’est d’ailleurs ce qu’on appelle la gouvernance algorithmique. Le chercheur ne s’en offusque pas, puisqu’il croit en la possibilité d’un « Big Brother bienveillant », où des logiciels bien conçus pourraient repenser les transports, optimiser la consommation énergétique et même diminuer le crime. « Mais il ne faut pas laisser la mainmise de ces algorithmes au secteur privé », prévient-il.

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici