Numérique : le fossé entre les générations se réduit
Techno

Numérique : le fossé entre les générations se réduit

Une nouvelle étude met en relief les différences concernant l’utilisation des technologies en fonction des groupes d’âge au Québec. Si un grand écart persiste entre les générations, il semble toutefois avoir diminué au cours des 10 dernières années, explique Maxime Johnson.

L’étude NETendances du Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO) recense depuis 1999 les habitudes numériques des Québécois. Même si les questions posées dans ce sondage mensuel réalisé auprès de 1000 personnes ont changé au fil des ans, plusieurs thèmes récurrents permettent d’effectuer une certaine comparaison entre les années. Et comme le veut l’adage, quand on se compare, on se console (un peu).

L’accès à l’Internet est désormais généralisé au Québec. En 2017, 97 % des 18 à 34 ans avaient un accès Internet à la maison, contre 79 % pour les 65 ans et plus. En feuilletant l’étude NETendances 2017, on constate toutefois qu’un fossé plus important persiste dans son utilisation.

Les 18 à 34 ans ont ainsi recours à l’Internet plus souvent et ils se connectent à des réseaux Wi-Fi à l’extérieur de leur domicile dans une proportion de 81 %, contre seulement 18 % pour les 65 ans et plus. Le taux de pénétration des téléphones intelligents y est probablement pour quelque chose, puisque 88 % des 18 à 34 ans possèdent un appareil du genre, ce qui est vrai pour uniquement 31 % des 65 ans et plus.

Détail intéressant, la tablette jouit pour sa part d’une popularité constante chez les différents groupes d’âge. Les 35 à 54 ans en détiennent dans une plus grande proportion, à 63 %, mais les 65 ans et plus (45 %) n’ont rien à envier aux 18 et 34 ans (46 %).

Le divertissement sur Internet varie aussi selon l’âge chez les Québécois. Près de la totalité des adultes de 18 à 34 ans consultent des vidéos en ligne (95 %), contre seulement 49 % chez les 65 ans et plus. On note également une divergence dans l’écoute de musique et la consommation de jeux vidéo.

L’accès à l’actualité représente un autre écart substantiel. 90 % des 18 à 34 visitent les médias d’information sur Internet, contre 48 % des 65 ans et plus. Des différences majeures existent aussi dans le commerce électronique (76 % des 18 à 34 ans ont effectué un achat en ligne en 2017, soit plus que les 65 ans et plus qui l’ont fait dans une proportion de 29 %) et dans l’utilisation des services bancaires en ligne (89 % contre 49 %).

Un fossé bien plus important en 2007

Le fossé des générations est bien réel, mais celui-ci était encore plus imposant dans l’édition 2007 de l’étude annuelle du CEFRIO.

Alors que la différence entre les proportions des plus jeunes et des plus âgés qui ont un accès Internet à la maison est de 18 % en 2017, celle-ci était par exemple de 52,3 % en 2007.

La disparité pour le téléchargement de musique est pour sa part passée de 58 % à 43 % en 10 ans. Pour l’utilisation de services bancaires en ligne, le plus grand fossé observé en 2007 (49,5 %) était aussi plus important que celui de 2017 (40 %).

La différence de pourcentage dans la consommation de vidéos en ligne est de son côté la même, mais alors que visionnement chez le groupe d’âge le plus jeune a connu une progression de 96 % de 2007 à 2017, cette progression est plutôt de 1 650  % (!) chez les 65 ans et plus. Dans l’ensemble, l’utilisation des nouvelles technologies a progressé chez tous les groupes d’âge, mais encore plus chez les 55 à 64 ans et les 65 ans et plus.

Un fossé des générations existe toujours bel et bien dans l’utilisation des technologies dans la population québécoise en 2017. Même s’il y a encore beaucoup de travail à faire pour le réduire, le Québec s’éloigne au moins du gouffre de la dernière décennie.