Quand les mégadonnées aident la police
Techno

Quand les mégadonnées aident la police

Des algorithmes très poussés permettent à des corps policiers de maximiser le travail des effectifs en prévoyant les endroits où des crimes ont le plus de risques de se produire dans une ville. Le Québec tarde à adopter cette technologie. Mais ce n’est peut-être pas une mauvaise chose.

Différents systèmes de prévision policière (aussi appelés systèmes de maintien de l’ordre prédictifs) existent depuis une dizaine d’années aux États-Unis. À Los Angeles, la police utilise un logiciel qui tient compte surtout du temps et de la géographie. En analysant les pillages de domiciles survenus dans un secteur, par exemple, les algorithmes peuvent alerter les agents sur le fait que le risque de récidive sera accru trois semaines après un crime, mais uniquement en soirée.