Ces bénévoles qui vous font arriver à l’heure

Si le logiciel de navigation Waze sait à l’avance qu’une sortie d’autoroute sera fermée, c’est en grande partie grâce à une armée de 30 000 bénévoles répartis partout dans le monde. Maxime Johnson est parti à leur rencontre.

Photo : Maxime Johnson.

Tous les soirs, Laurie Nyveen épluche les communiqués de presse concernant les fermetures d’autoroutes et de ponts au Québec. À l’aide de son ordinateur, il navigue dans l’éditeur de cartes de l’application Waze et y enregistre à la main les changements qui risquent de nuire à la circulation. Si un conducteur sait qu’il doit partir 15 minutes plus tôt pour arriver à temps à son bureau en raison de travaux, c’est un peu grâce à lui.

« J’édite la carte depuis 2012 », précise le Montréalais. Journaliste et chargé de cours à l’Université Concordia. M. Nyveen est l’un des 1500 éditeurs canadiens actifs de Waze, une application de navigation appartenant à Google et utilisée tous les mois par 130 millions de personnes dans le monde. Certaines données sont échangées entre Waze et Google Maps, comme les fermetures de routes, mais dans l’ensemble, les deux entités sont distinctes, avec leur propre personnel et leur propre budget.

Waze est un navigateur participatif, qui permet à tous les conducteurs qui l’utilisent d’indiquer un accident, un barrage policier ou des travaux lorsqu’ils circulent en automobile. Les éditeurs comme Laurie Nyveen effectuent toutefois des tâches plus complexes que d’envoyer de simples avertissements rapides sur la route. Ce sont eux qui dessinent la carte routière, qui inscrivent la vitesse maximale des routes et qui pointent sur la carte les zones d’évacuation en cas de catastrophe naturelle, par exemple.

Le site web Waze Map Editor permet aux éditeurs de modifier les cartes routières de Waze. Capture d’écran : Maxime Johnson.

Les éditeurs ne sont pas les seuls à modifier la carte de Waze. Certaines villes, comme Montréal, consignent aussi elles-mêmes les fermetures de routes dans l’application, mais elles sont rares. Des organisations peuvent également fournir des informations aux éditeurs directement. « L’équipe derrière la construction du nouveau pont Champlain nous avait fait parvenir plein d’informations comme des plans d’ingénierie pour que l’on puisse les ajouter à la carte avant son ouverture. On a même visité le chantier », se rappelle par exemple l’éditeur Philippe Royal.

Philippe Royal et Laurie Nyveen sont des passionnés, qui passent généralement plusieurs heures par semaine à modifier la carte Waze, à discuter dans des applications de messagerie et à aider les éditeurs occasionnels, comme ceux qui ne s’inscrivent que pour changer une route près de chez eux. Le tout, il faut le préciser, sans être payés.

Donner son temps à… Google?

Philippe Royal l’avoue d’emblée, il y a un certain paradoxe à donner son temps de la sorte à une entreprise appartenant à Google. « On fait du bénévolat pour une compagnie qui fait beaucoup de sous », observe-t-il candidement. « Mais finalement, je me sens satisfait. J’ai du plaisir à faire ça, et j’ai l’impression d’aider les gens », explique celui qui occupe de jour un poste d’avocat au gouvernement provincial.

Même son de cloche du côté de Vinujan Aravinthan, un éditeur Waze depuis 2014. « Certains donnent leur temps dans une soupe populaire. Moi, j’aide les gens à se rendre plus facilement à leur destination », note cet arpenteur-géomètre de Toronto. « Et puis, c’est amusant. Ça rend même un peu accro », avoue-t-il.

« Est-ce que tu veux vraiment admettre ça? », intervient en riant Jason Mushaluk. « Sans blague, avec le temps, il y a aussi un sentiment de communauté qui se développe », poursuit-il en reprenant son sérieux. « Je connais Philippe et Vinujan depuis six ans. Je les considère comme mes amis », note celui qui travaille de jour en gestion des catastrophes dans un hôpital de Winnipeg.

Les trois sont rassemblés dans une salle de conférence d’un hôtel de Miami, à l’occasion du North American Mega Meetup, une grande réunion annuelle organisée par Waze, où L’actualité était invitée au début du mois de février. La collégialité entre eux est évidente. Pendant deux jours, 90 éditeurs (dont 10 Canadiens) ont eu droit à des ateliers dirigés par la cinquantaine d’employés de Waze sur place, et certains ont donné des présentations pour partager les trucs qu’ils ont acquis au fil du temps.

« On va se l’avouer, venir à des événements comme ceux-là nous incitent aussi à continuer », reconnaît Jason Mushaluk.

Un atout considérable

La conférence de Miami est l’une des 50 qu’organise Waze dans le monde tous les ans pour ses bénévoles. Les autres régions comme l’Europe, mais aussi plusieurs pays comme le Canada, ont également un événement dédié.

Un participant à la réunion North American Mega Meetup. Photo : Maxime Johnson

Waze n’est pas la seule société à réunir une communauté de la sorte. Ce sont des volontaires qui traduisent l’application Facebook, par exemple. L’entreprise israélienne est toutefois dans une classe à part. Sur les 540 employés de Waze dans le monde, une cinquantaine sont des gestionnaires de communauté. Un ratio tout simplement inégalé dans l’industrie, à l’exception peut-être de la Wikimedia Foundation, qui a également une importante communauté de bénévoles à gérer.

« Tout ça a commencé lorsque Waze n’était qu’une petite entreprise » remarque Hila Roth, responsable mondiale des communautés chez Waze. Pour cette dernière, même si la filiale de Google a plus de moyens aujourd’hui, elle ne pourrait pas se passer de ses bénévoles. « Les cartes changent constamment. Il y a de nouveaux quartiers bâtis partout dans le monde. Il y a des crises environnementales à gérer, des événements importants à planifier. Nous avons besoin de ces gens qui ont une connaissance des informations et de la culture locale », croit la gestionnaire.

Les éditeurs ne sont d’ailleurs qu’une seule des nombreuses communautés Waze. L’entreprise compte en plus sur des bénévoles pour traduire l’application en différentes langues, pour faire la promotion de son service de covoiturage dans les pays où il est offert et pour tester les nouvelles fonctionnalités de son application avant leur lancement. En incluant toutes les communautés, ce sont 60 000 personnes qui donnent leur temps à la compagnie tous les mois.

« Les rencontres sont un moyen de les remercier, mais ce n’est pas que pour ça. Après tout, ce n’est qu’une petite partie d’entre eux qui peut venir », fait remarquer Hila Roth. Pour Waze, les événements comme ceux-là sont aussi l’occasion de prendre le pouls de leur communauté. « On les informe de nos plans d’affaires et des nouveautés à venir. Ce sont des choses qu’une compagnie ne partagerait normalement jamais avec des gens qui ne sont pas leurs employés », observe pour sa part Terry Wei, directrice des communications chez Waze pour les Amériques.

« En fait, on ajuste même nos plans en fonction de leurs commentaires, et on ne lance rien sans leur approbation », poursuit Hila Roth.

À défaut de les embaucher, l’entreprise semble déployer un effort considérable pour prendre soin de ses bénévoles. « Ils nous donnent beaucoup de temps, et rien ne les oblige à le faire. Il ne faut surtout pas les tenir pour acquis », médite-t-elle. Après tout, une application de navigation ne peut être efficace qu’en effectuant ses prédictions avec de l’information de qualité. Une information qui coûterait une fortune à obtenir si des passionnés ne donnaient pas leur temps de la sorte.