«FHRITP» : la blague qui n’est pas drôle

Un vulgaire canular Web a donné naissance à des attaques sexuelles contre des journalistes canadiennes.

Blogue_vie-numerique1Peut-être avez-vous déjà vu cette vidéo où un journaliste de Fox News, inconscient d’être en ondes, dit au cameraman qu’il «b*iserait bien» la jeune femme portée disparue sur laquelle il fait un reportage.

La scène est rapidement interrompue par la lectrice de nouvelle, visiblement dégoûtée, qui s’excuse pour cette «erreur de montage».

L’incident a accumulé près de 3,5 millions de visionnements depuis sa publication sur YouTube en janvier 2014, et la rumeur veut que le journaliste ait été licencié.

Or, il n’en est rien. L’homme en question, John Cain, s’est même enrichi avec ce clip — un faux monté de toute pièce.

Fort de ce premier succès, il en a remis un mois plus tard avec une fausse vidéo tournée en Ohio dans laquelle un «imitateur» s’empare du micro d’une journaliste et crie «f*ck her right in the p*ssy». Traduction libre : «F*urre-la dans la “pl*tte”». Le mème Internet «FHRITP» était né.

Il n’en fallait pas plus pour que des idiots l’imitent — pour de vrai, cette fois, interrompant des reporters télé en direct un peu partout aux États-Unis. Hilarant, n’est-ce pas ?

Le Canada n’a pas échappé au phénomène. Depuis l’automne dernier, les incidents se multiplient dans les médias anglophones au point où, en novembre dernier, deux journalistes de CBC Montréal ont publié un texte d’opinion pour dénoncer cette blague vulgaire.

L’une d’entre elles, Tanya Birkbeck, ne connaissait pas le mème Internet avant d’en être victime à plusieurs reprises, au moment de couvrir un match des Alouettes. «Je me demandais s’il y avait quelque chose dans mon apparence qui faisait de moi une cible», écrit-elle.

Étant seule parmi les partisans — elle manipulait à la fois la caméra et le micro, une pratique de plus en plus fréquente dans les médias télévisés —, elle dit s’être sentie particulièrement vulnérable. «J’étais visée directement. Cela revenait à dire que les hommes autour de moi devraient me violer plutôt que de me parler.»

La sortie publique des deux femmes n’a toutefois pas atténué le phénomène, loin de là.

Lors du défilé de la Saint-Patrick à Montréal, en mars dernier, Tanya Birkbeck s’est de nouveau fait interrompre — non pas une, non pas deux, mais trois fois par des hommes qui criaient «FHRITP» dans son micro. «C’est l’un des inconvénients d’être en direct», s’est-elle excusée à la caméra.

Ce sont ces imbéciles qui devraient s’excuser.

La fin de semaine dernière, Shauna Hunt, une journaliste de CityNews qui couvrait un match de soccer du Toronto FC, en a eu ras le bol.

«Pourquoi faites-vous ça ?» a demandé la journaliste aux amis d’un homme qui a crié «FHRITP» dans son micro avant de prendre la fuite. «C’est une chose dégueulasse à dire ; c’est dégradant pour les femmes […] Je suis écœurée d’entendre ça 10 fois par jour de la part de mecs vulgaires comme vous.»

«Je m’en fous ! P*tain que c’est drôle !» s’est justifié l’un d’entre eux. «Ma mère en mourrait de rire», a-t-il ajouté.

Sa mère, peut-être. Mais pas son employeur, Hydro One. La société d’État a montré la porte à cet ingénieur pour avoir violé le code de conduite de l’entreprise. La blague «hilarante» lui aura ainsi coûté 106 510 dollars — son salaire annuel.

L’incident a eu l’effet indésirable d’attirer de nouveau l’attention sur l’instigateur du phénomène, John Cain. «FHRITP n’est pas une attaque sexuelle envers les femmes et ne fait pas la promotion du viol», banalise-t-il dans une vidéo mise en ligne mardi sur YouTube. Il assure que «f*ck her right in the p*ssy» est drôle parce que ce sont «des mots qu’on ne dit pas à la télé» et il invite tout le monde à les crier chaque fois qu’ils voient une caméra de télévision.

Si d’autres suivent son conseil, espérons que les journalistes visées oseront, comme Shauna Hunt, les confronter. Personne n’aime se faire humilier en direct à la télé, y compris les cons.

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

12 commentaires
Les commentaires sont fermés.

L’ignorance n’est pas sans espoir. Si on est ignorant, on peut toujours corriger ça. Il en va tout autrement de l’imbécilité. Si on en est atteint, il n’y a pas grand chose à faire. On peut même devenir journaliste ou ingénieur et rester un parfait imbécile toute sa vie.

John Cain rejoint une meute d’imbéciles qui contaminent le Web. Au moins, ce dernier s’est identifié, alors que la plupart se cachent derrière des pseudonymes. Je suis bête et fier de l’être, dit-il, alors que la plupart de ses congénères crachent leur venin derrière un masque. Bêtes et lâches, en plus.

Blague?
Drôle?
Dis-moi de ce dont tu t’amuses, tu ris, tu trouves drôle et il se peut que je préfèrerai garder mes distances avec toi!
Il y a fort longtemps, alors que j’arrivais à l’âge adulte et que je travaillais pour gagner mes études, un jour, à la cafétéria du lieu de travail, un jeune adulte étudiant comme moi, pour faire une blague qui fut très drôle pour certains, plusieurs, la majorité qui s’y trouvait, soit celle d’enlever la chaise sous celui qui devait s’y asseoir! Résultats: 2 semaines d’hospitalisation, beaucoup de rires…
Quelques mois plus tard, il en a remis à la même personne après quelques jours de son retour au travail. Résultats: 7 mois d’hospitalisation et le congédiement du blagueur.
Le blagueur était étudiant en droit et la victime en médecine. Je ne sais pas ce qu’ils sont devenus. Je n’élaborerai pas d’avantage. Je m’abstiendrai de commenter aussi. C’était dans les années 70 (1970).
Qu’est-ce qui est une blague?
Qu’est-ce qui est drôle?
Imbécile?
Imbéciles?
Un ingénieur Imbéciles à ce point?
Et ça mère trouverait ça drôle?
J’aimerais bien vérifier ça, en la faisant celle qui est visée!
Il est grandement temps que les législateurs sortent les dents!

@sirdecelles «Un ingénieur Imbéciles à ce point?»

Mais bien sûr qu’un «ingénieur», n’importe qui en fait, indépendamment de sa formation, peut être «imbécile à ce point».
La deuxième des cinq lois fondamentales de la stupidité humaine de Cipolla ne dit-elle pas: «La probabilité que tel individu soit stupide est indépendante des autres caractéristiques de cet individu».
Donc, on peut être ingénieur, médecin, avocat, professeur, mécanicien, concierge, etc. et être «stupide».
Encore une fois, on vient de vérifier la validité de cette deuxième loi fondamentale de Cipolla*. Et je suis convaincu que tous les blogueurs ici présents auraient des exemples vécus qu’ils pourraient nous fournir.

*Cipolla, Carlo M., LES LOIS FONDAMENTALES DE LA STUPIDITÉ HUMAINE Presses Universitaires de France, Paris 2012, 71pp. D’abord paru en 1988 chez Società editrice Il Mulino, Bologna sous le titre: The Basic Laws of Human Stupidity.

Merci monsieur Couture pour vos références, qui déjà avec une nuance nous entretien de stupidité humaine et non d’imbécilité. Ce dernier qualificatif décrit d’avantage et plus précisément un humain dénué d’intelligence ou dont l’intelligence est faible, comme en parlant d’arriérés mentaux ou de faibles d’esprit. Dans ces cas, tout en déplorant des gestes répréhensibles qu’ils auraient pu commettre, il serait compréhensible de les excuser. Hors pour devenir un professionnel tel l’étudiant en droit de mon anecdote ou comme l’ingénieur dont il est question, il faut avoir un degré d’intelligence important et ils ne peuvent donc être des Imbéciles à qui on pourrait accorder à cause de cela une tolérance voir une clémence.
Aussi soyez certain que mes expériences m’ont apporté la preuve sans aucun doute, que des humains de tout acabits, professions, de grande intelligence, peuvent malheureusement commettre le pire voir l’inimaginable pour toutes sortes de raisons dont le manque de jugement et l’orgueil mais certainement pas parce qu’ils sont des Imbéciles lorsqu’ils sont dans des postes d’autorités, prestigieux et demandant des diplômes universitaires. On a qu’à penser à Hitler pour ne nommer que celui-là!
Ainsi l’imbécibilté ne peut être invoqué pour les excuser.
C’est pourquoi les législateurs devraient faire en sorte qu’on se donne tout les moyens d’actions nécessaires au plus vite pour que l’on comprenne que des paroles comme des gestes peuvent avoir des conséquences pour leurs auteurs.
Il faudrait également et sans attendre, et ce dès le primaire, qu’on enseigne à nos grands tarlas diplômés en devenir comment se comporter humainement en toutes circonstances, et dès lors selon leurs niveaux, leurs apprendre les conséquences de leurs gestes et de leurs paroles, et que pour certains et certaines la tolérance zéro s’applique et ce dès le plus bas âge. Évidemment sans oublier le comportement adéquat sur les médias modernes comme l’on nous a apprit l’abc dans des cahiers lignées.

Oui c’est vraiment un geste stupide mais selon moi, Hydro One n’as pas a congédier quelqu’un pour ça, ca me dépasse, il était en congé à ce moment et rien ne nous permet de connaître son employeur à ce moment.

Pourquoi qu’en tout temps, n’y aurait-il pas des conséquences à nos gestes et à nos paroles, lorsqu’elles impliquent, visent les autres?
Il est certain que je ne consulterais pas l’avocat de mon anecdote et que je ne voudrais pas me fier au jugement de l’ingénieur concerné…

Et à la femme de répondre à ce macho: « HADRIYA » (…Have a d*ck right in your *ss).
Ce sera maintenant à monsieur d’être la risée de sa meute, ça devrait faire de bonnes images pour la télé en direct quoique fort probablement pas très sympa pour les homos et du coup on change la cible et on crée un nouveau problème!
Désolé, je sais, c’est imbécile de ma part.
Je demeure dépassé par ces gens qui cherchent leurs quelques secondes de gloire à la télé ou sur le Web sans réfléchir aux jours de honte (et misère bien méritée penseront certains s’ils perdent en plus leur emploi) qu’ils vivront ensuite à la maison.

Comment qualifier alors la meute de suiveux avides de ce qu’il y a de pire sans qui ce dont on parle n’aurait pas fait les manchettes et qui sans écho resteraient à jamais des moins que rien quelconques sans égard à leur intelligence et/ou leur statut professionnel?

Je suis contente que Hydro One a eu assez de gonades, pour licencier ce inepte… pour utiliser un euphémisme. D’ailleurs, tous les « wannabe » de ce monde qui se permettent des grossièretés à la télé, qu’ils soient parmi ceux qui «parlent » ou bien des « suiveux », devrait être licenciés par leurs employeurs respectifs. La nouvelle ferait le tour du « net » assez vite, merci. J’aimerais connaître le % de …testostérone et de « guts » de ces messieurs, lorsqu’il y a une « contrepartie » à la clé. Mais ….je rêve .

Les jeunes enfants disent pipi et trouvent ça drôle. Quand leur cerveau adulte n’a pas réussi à mûrir correctement ils disent Fuck à la télé et trouvent ça drôle. Ça fait bizarre de penser que M. Hydro 1 a perdu son job parce qu’il n’a probablement pas été assez puni pour avoir dit des niaiseries petit…
Mais le problème de fond est : est-ce qu’ils font la même chose quand c’est un gars qui est là ? Pourquoi ils ne parlent pas de dick et de ass ? Ils font ça aux femmes et parlent de pussy, c’est pas juste de la provocation d’enfant attardé quoiqu’en dise M. Cain.

Devinette attribuée à Einstein :
Quelle est la différence entre le génie et la bêtise?
Le génie a des limites.