Google finance l’impression de «Charlie Hebdo»

Le géant de la recherche paiera — indirectement — pour l’impression d’un million d’exemplaires du journal satirique.

Google Charlie Hebdo

Après avoir affiché le ruban noir «Je suis Charlie» sur sa page d’accueil, en France, voilà que Google verse 250 000 euros (350 000 dollars) pour contribuer à la publication exceptionnelle d’un million d’exemplaires de Charlie Hebdo la semaine prochaine.
Blogue_vie-numerique1

L’argent provient du Fonds Google-AIPG pour l’innovation numérique de la presse, dont l’objectif est de «favoriser le développement sur le long terme de la presse en ligne d’information politique et générale en France», lit-on sur son site Web.

Un mandat dans lequel l’impression d’un journal papier ne cadre normalement pas, mais les circonstances exceptionnelles ont poussé le directeur du fonds, Ludovic Blecher, à faire une exception.

«Nous sommes un fonds pour les médias, a-t-il déclaré au quotidien britannique The Guardian. Nous devons leur permettre d’écrire, même si nous ne sommes pas d’accord ; c’est une question de diversité d’expression.»

Bien que le Fonds Google-AIPG pour l’innovation numérique de la presse soit financé par Google, sa gestion est indépendante du géant informatique. Le fonds a été créé en 2013 pour mettre un terme à un conflit avec le gouvernement de l’Hexagone, qui réclamait que l’entreprise de Mountain View paie pour l’intégration des nouvelles de médias français dans ses résultats de recherche.

Google n’est pas la seule entreprise techno à faire preuve de solidarité avec Charlie Hebdo. À l’image du moteur de recherche, Apple a ajouté le ruban noir «Je suis Charlie» dans le bas de sa page d’accueil en France.

Apple Charlie Hebdo

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a quant à lui publié un message sur sa page personnelle avec le mot-clic #JeSuisCharlie, où il encourage les gens à rejeter les «extrémistes qui tentent de faire taire les voix et les opinions de tous les autres partout dans le monde».

Il se dit également déterminé à construire un «service où on peut s’exprimer librement, sans craindre la violence».

Facebook Charlie Hebdo