Le papier sur les traces du iPad

L’avenir appartient aux tablettes ? Le papier n’a pas dit son dernier mot.

Les tablettes se sont lancées à l’assaut du dessin. Adobe ne s’y est pas trompé en lançant Ink et Slide, un stylo et une règle numérique.

© Co.Design
© Co.Design

Mais Moleskine n’a pas dit son dernier mot. L’entreprise italienne, qui a totalisé des revenus de 125 millions de dollars en 2013 (dont 92,7 % ont été réalisés grâce aux produits du papier), a une autre vision de l’avenir.

FouineurSon nouveau bébé, le Livescribe Notebook, en est la preuve, explique Mark Wilson sur Co.Design. Couplé au Livescribe Smartpen, il permet à n’importe quel dessin, note ou brouillon écrit sur le carnet d’être automatiquement sauvegardé sur l’application mobile dédiée.

Le carnet est lui-même un petit bijou de technologie numérique : des icônes permettent de gérer et classer le contenu d’une page, en associant par exemple un mot-clé à une note. Par ailleurs, il est possible d’enregistrer un mémo vocal en lien avec une inscription par l’entremise de boutons d’enregistrement, de lecture et de pause au bas de chaque page.

En s’associant pour offrir ces produits, Livescribe et Moleskine ont trouvé le moyen de continuer à exister dans cette ère numérique.

Photo © Moleskine
Photo © Moleskine
Les commentaires sont fermés.

Ce n’est pas encore gagné, et même ceux que vous nous présentez sans aucune critique, comme si ce n’était que du positif et tout les problèmes reliés à ce genre de produits étaient réglés alors qu’il n’en est rien.
Autant que ceux que vous présentez, tout les autres existants ont tous à ce jour plusieurs problèmes en commun. Le pire étant la grosseur de la pointe ce qui augmentent d’autant et proportionnellement l’imprécision.

Pour le commun des mortels, que de prendre de multiples notes sur une même feuille au fils de la journée, ici et là, avec des dessins du type plus gribouillis qu’autres choses, est-il nécessaire de se payer un iPad qui est la pire des tablettes à utiliser avec un stylo/stylet, des logiciels et des stylos numériques dont aucun à ce niveau ne rempli ses promesses? Parce qu’aucun à ce jour ne permet d’écrire une belle note, comme sur papier et à la main, et qui m’aurait permis étant jeune élève d’obtenir une petite étoile de mon professeur pour souligner l’ordre, la propreté, la netteté, l’organisation, le style, la beauté de ma main d’écriture, et la facilité à pouvoir la consulter à l’avenir.
Tant qu’à la reconnaissance, on repassera aussi. Même avec de la pratique, il y a toujours des lettres qui demeurent incompréhensibles pour le système.

Tout ce que j’ai acheté au début, croyant naïvement ceux qui me présentaient des produits, les nouveautés, les bienfaits des derniers avancés en ce domaine mais dans bien d’autres ont rarement livré les promesses telles que présentées. J’ai commencé par croire comme ont le suggérait qu’avec un peu d »apprentissage et de maitrise ils deviendraient satisfaisants. En ce que qui concerne les produits du genre, eh bien non. Et donc, autant ceux payés que ceux essayés, ou bien ils dorment sur une tablette (en bois ou numérique), ils ont été jetés ou retournés.

Ça m’a au moins appris à ne pas me fier à quelques promesses que ce soit. Et surtout pas aux spécialistes qui au fond ne sont pour la majorité que des gens qui gagnent leur vie comme des publicitaires sur notre dos. Et à essayer lorsque c’est possible avant d’acheter. Ou à tester « agressivement » et sans compromis, puis à retourner dans les délais requis lorsque ça ne fonctionne pas comme promis.

p.s.: Méfiez-vous des appareils dont la boîte indique: « compatible avec… » ou « peut être compatible avec… » ou encore qu’il se peut que certains logiciels fournis ne soient pas compatibles avec tout les systèmes mentionnés… » ou les choses imprécises du genre. Un produit informatique vaut la peine d’être acheté et utilisé avec des logiciels fournis ou non, mais qui fonctionnent ensemble et surtout que le tout fonctionne avec le système d’exploitation de vos appareils.
Il y a quelques années, j’ai acheté un numériseur HP et trois mois après un nouvel ordinateur. Hors pendant 18 mois je n’ai pu utiliser les fonctions principales pour lesquelles j’en avait fait l’acquisition, parce que cela a pris tout ce temps avant qu’HP sorte les correctifs nécessaires.
Après avoir acheté un iMac j’ai acheté un disque dur externe Western Digital à quelques jours d’intervalles. Je n’ai jamais été capable de les configurer ensemble. Après avoir même écrit à WD et téléchargé des correctifs selon leurs recommandations, rien n’y fit. De guerre las, je l’ai échangé pour un Seagate que j’ai configuré en 20 minutes. Contrairement à ce qui était promis sur la boîte du WD, la compatibilité promise n’avait pas été testé et n’était pas offerte à part que dans leurs souhaits. Ils ont dû travailler plusieurs mois avant de rendre leurs appareils compatibles avec ce système d’Apple.
J’en ai d’autres, mais je vais m’arrêter ici, puisque ce n’est pas dans le sujet.

D’ailleurs qui est donc Vincent Destouches pour nous « conseiller » des produits d’informatique.
Il est un chroniqueur touche-à-tout.
Hors sans vérifier d’avantage, un lecteur aveuglé par la réputation du magazine et de l’auteur, peut se laisser prendre par les promesses indiquées sur ce billet…qui ne sont rien d’autres qu’un copier/coller publicitaire d’un autre auteur d’un site à toute fin pratique publicitaire dédié…

Qu’est donc devenu mon magazine. En plus de 60% de pages dédiées à la publicité, et dans le 40% de ces sujets abordés restants, aussi des publicités déguisées en articles écrits par n’importe quel auteur sur n’importe quel sujet.
Très décevant.
Un billet comme celui-ci devrait-être proposé par au minimum un auteur « spécialiste », au minimum dédié de l’informatique.
Ou, et en plus s’il n’a aucune critique à proposer, préciser que c’est un billet publicitaire dédié.
Cette méthode est honteuse et très condamnable en tout temps, mais encore plus d’un magazine ayant une bonne réputation…qui est de moins en moins bonne depuis qu’il est passé sous Rodgers…ce qui n’est pas d’hier. Abonné et lecteur de longue date jusqu’il y a 3 ans, j’ai pu constater la descente progressive et pernicieuse.
J’ai cessé de m’abonner avec regret. Je constate avec ce genre de billet orienté, que les regrets n’étaient pas requis.

Par soucis d’honnêteté, vous devriez souligner que c’est un billet publicitaire.

Nostalgie nostalgie… quand tu nous prends !!
À première vue, je me demande pourquoi transcrire du papier à la tablette quand on peut aller directement sur la tablette… ?
De plus, ici, on ne parle pas des pertes de connexion entre le crayon et le iPad…