Les amish ont raison…

Pour assainir nos relations avec les nouvelles technologies, un groupe religieux a beaucoup à nous apprendre : les amish.

Photo : Volkan Furuncu/Anadolu Agency/Getty Images

Les amish, qui vivent sensiblement de la même manière qu’en 1850, comprennent parfois mieux les technologies que la plupart d’entre nous. « Ils ont assimilé depuis longtemps que l’adoption d’une nouveauté peut avoir une influence profonde sur nous et sur notre collectivité », explique James Wetmore, professeur associé à la School for the Future of Innovation in Society de l’Université d’État d’Arizona, qui a étudié leur utilisation de la technologie.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le groupe religieux austère n’est pas complètement fermé à la modernité. Deux fois l’an, les communautés amish se réunissent et discutent des nouvelles technologies employées par leurs membres. « Ce sont de longues conversations, où ils évaluent comment cela les affecte, et si cela va à l’encontre de leur valeur suprême, la communauté », souligne le professeur.

Pour être acceptée, toute nouveauté doit être approuvée à la quasi-unanimité par les membres du groupe, ce qui rend la chose difficile. « Ils peuvent toutefois décider de recourir à une technologie dans une situation précise seulement », pondère James Wetmore. L’automobile, par exemple : les amish s’opposent à la possession de voitures — parce qu’elles tendent à isoler les membres de la communauté —, mais n’ont aucun problème à monter à bord d’un véhicule motorisé en cas d’urgence, comme pour se rendre à l’hôpital.

Le modèle amish ne peut être reproduit à grande échelle dans la société moderne. Les valeurs varient beaucoup trop dans la population pour nous permettre de prendre des décisions de la sorte. L’esprit de communauté prêché par les uns sera par exemple souvent en conflit avec les libertés individuelles prônées par les autres. Certaines décisions sont également plus faciles à prendre au sein d’une collectivité restreinte qu’à l’échelle d’un pays ou de la planète. Et bien sûr, bon nombre de technologies sont essentielles pour le travail.

Mais alors que l’on tend à considérer tout nouveau gadget comme un pas vers l’avant souhaitable, il serait bon de réfléchir davantage aux conséquences à long terme des technologies qu’on laisse entrer dans nos vies.

« Ça peut être aussi simple que de choisir, en tant que famille, de ne pas avoir de téléphone intelligent à table durant les repas », croit James Wetmore. Quelqu’un qui privilégie la vie familiale plus que tout peut bannir les écouteurs de la maison pour favoriser l’écoute de musique en groupe, laisser les tablettes dans le coffre de la voiture lors des longs déplacements et cuisiner chez soi plutôt que de commander des repas par Internet.

Il n’est pas nécessaire de s’isoler du reste du monde et de vivre comme au XIXe siècle pour s’inspirer des amish. Il suffit de choisir de s’entourer de technologies qui concordent avec nos valeurs profondes, et non de celles qui ne font que nous apporter du plaisir ou nous simplifier la vie pour quelques minutes.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire