Moins d’infolettres et de pourriels

Les Canadiens reçoivent 29 % moins de courriels, légitimes ou non, grâce à la loi anti-pourriel.

Sur les traces de l’inventeur de «courriel»
Photo: iStockphoto

J’ignore quelle place occupe le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) dans votre cœur, mais je vous invite à lui dire merci. Pourquoi ? Parce que depuis l’entrée en vigueur de la Loi canadienne anti-pourriel, en juillet 2014, vous recevez moins de pourriels.
Blogue_vie-numerique1

La boîte courriel des Canadiens s’est désengorgée en moyenne de 29 % entre juillet 2014 et février 2015, selon un rapport de la multinationale de sécurité informatique Cloudmark. La baisse touche autant les infolettres légitimes que les messages indésirables.

Cette diminution est un effet direct de la Loi canadienne anti-pourriel, qui exige notamment que les entreprises obtiennent votre consentement avant de vous envoyer un message électronique de nature commerciale. Cela concerne aussi bien les courriels que les textos, et les contrevenants s’exposent à une amende pouvant atteindre 10 millions de dollars.

Bien que nous commencions tout juste à en ressentir les effets, la loi a été adoptée en décembre 2010. Un délai de trois ans et demi a en effet été accordé aux entreprises pour s’adapter à la nouvelle législation, l’une des plus sévères au monde en la matière.

Malgré tout, bien des entreprises s’y sont prises à la dernière minute. Rappelez-vous, à pareille date l’an dernier, les nombreux courriels vous demandant de confirmer votre consentement à recevoir telle ou telle infolettre.

Personnellement, j’étais sceptique quant aux effets réels qu’aurait la loi, et j’y ai surtout vu l’occasion de faire le ménage dans mes abonnements. Les chiffres de Cloudmark prouvent que j’avais tort, et j’en suis bien content.

Hélas ! le rapport note que les professionnels de l’arnaque, avec leurs médicaments à petit prix, diètes miracles et autres promesses d’augmenter vos attributs masculins, ignorent pour la plupart la nouvelle réglementation. L’inverse aurait été surprenant : ces gens enfreignent déjà la loi avec leurs pratiques, et en briser une de plus ne les empêche probablement pas de dormir la nuit.

Cloudmark observe toutefois une diminution marquée des méthodes «peu scrupuleuses» de marketing par courriel. Pensez à ces cases que vous deviez cocher ou décocher pour ne pas recevoir une infolettre. Ou encore à ces entreprises qui partageaient votre adresse courriel sans votre consentement avec leurs «partenaires».

Chose certaine, les Canadiens ne se sont pas tourné les pouces depuis l’entrée en vigueur de la loi. Près de 1000 plaintes sont déposées chaque jour via le site Combattre le pourriel, pour un total dépassant 310 000.

Le CRTC est aussi passé à l’action. En mars dernier, il a imposé une amende de 1,1 million de dollars à Compu-Finder pour violation «flagrante de la loi». À l’époque, le quart des plaintes (le quart !) visaient cette entreprise québécoise de formation des gestionnaires.

«Je crois qu’il est juste de dire que le CRTC a voulu faire un exemple de Compu-Finder», a écrit en ligne un représentant de Yesmail, une entreprise spécialisée en logiciels de marketing par courriel.

Peut-être est-ce cette démonstration de force qui a incité le site de rencontres en ligne Plentyoffish à corriger le tir, dès que le CRTC l’a avisé qu’il enquêtait sur ses pratiques. L’entreprise s’en est tirée avec une amende de 48 000 dollars.

N’oubliez pas que vous aussi pouvez agir pour diminuer la quantité de courriels publicitaires qui aboutissent dans votre boîte de réception. Ouvrez chaque infolettre que vous ne souhaitez plus recevoir et cherchez le lien pour vous désabonner, qui se trouve généralement en petits caractères, tout en bas. S’il n’y en a pas, portez plainte, car il s’agit d’une entrave à la loi.

cap2
Exemple d’un lien pour se désabonner d’une infolettre.
Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie