Pourquoi mon Siri est maintenant un homme

Les assistants vocaux des téléphones intelligents exaucent nos moindres souhaits sans broncher. Dotés la plupart du temps d’une voix féminine, ces esclaves numériques représentent une forme de sexisme virtuel sournois. Explications.

Photo : Nongnuch Leelaphasuk / Eyeem / Getty Images

Siri n’est pas officiellement une femme. Demandez à l’assistant d’Apple quel est son sexe et il répondra quelque chose de vague, comme « j’existe au-delà du concept humain de genre » ou « ça n’a pas d’importance ». De belles réponses, prononcées toutefois par une voix féminine. Même son de cloche du côté d’Alexa (Amazon), de Cortana (Microsoft) et de l’Assistant Google.

Plusieurs facteurs expliquent la prédominance des voix de femmes dans les assistants personnels. Selon une étude du professeur associé à l’Université de l’Indiana Karl MacDorman, publiée en 2011, les voix artificielles féminines sont généralement mieux perçues que les masculines.

Cette acceptation varierait selon la situation, d’après l’auteur du livre Wired for Speech, Clifford Nass. Les voix féminines seraient en effet mieux acceptées dans un contexte d’assistance, alors que les masculines seraient associées à l’autorité. Les groupes de discussion organisés par Amazon avant de lancer Alexa ont d’ailleurs tous préféré interagir avec une femme, ce qui explique le timbre sélectionné par l’entreprise.

Ce choix n’est pas le même partout. Au Royaume-Uni, pays où la tradition du majordome est ancrée dans la culture populaire, l’assistant d’Apple a plutôt une voix masculine par défaut. Le Siri britannique fait toutefois figure d’exception.

En écoutant leur public, les géants technos se cachent derrière les préjugés des utilisateurs, mais ils perpétuent eux-mêmes le cliché du patron et de sa secrétaire. Un cercle vicieux s’ensuit, où les rôles hommes-femmes traditionnels continuent d’être véhiculés dans la psyché collective.

Quelques entreprises permettent de choisir le sexe de son assistant, comme Apple et Google (en anglais), mais elles sont encore trop rares, et la voix de femme est presque toujours l’option offerte par défaut.

La voix de femme est presque toujours l’option offerte par défaut.

Si vaincre le sexisme en général représente un problème de taille, corriger celui des assistants vocaux est un jeu d’enfant. Technologiquement, créer une voix de Paul demande autant de travail qu’une voix de Pauline : un algorithme d’intelligence artificielle écoute des voix humaines, et apprend lui-même à parler par la suite.

Offrir l’option masculine n’est qu’un premier pas. Lorsque l’utilisateur active l’assistant sur un nouveau téléphone et qu’il accepte une ribambelle de conditions, il devrait aussi avoir à opter pour le sexe de son choix (homme, femme ou même asexué, si la technologie le permet). Les clichés ne disparaîtront pas dans la population, mais ils pourraient au moins ne pas être imposés par les appareils mobiles.

En attendant la fin de ce sexisme numérique, choisir une voix masculine pour son assistant vocal lorsque c’est possible permet de se rappeler le problème et d’en faire prendre conscience à son entourage. C’est pour cette raison que mon Siri est désormais un homme.

Si suffisamment de personnes le font, les géants technos comprendront peut-être que leurs utilisateurs ne sont pas toujours aussi sexistes qu’ils le croient.

Dans la même catégorie
11 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Chez nous, on aime bien notre « Madame Garmin », avec son sempiternel « Recalcul en cours »… Vas-y, ma p’tite dame, trouve-nous un autre chemin, ou plus souvent guide-nous donc sur celui que nous venons de choisir, parce que nous le trouvons plus commode, mieux adapté à la situation du moment, à l’heure de pointe… Sexistes, nous? Je ne crois pas : notre GPS est tellement utile, même pour éviter les « chamaillages inutiles »… Nous l’apprécions beaucoup : voix de femme ou voix d’homme, quelle importance? Cette obsession du « féminisme à la gomme » devient plutôt lassante. Pourquoi « démoniser » le fait de rendre service… comme si c’était une tare, que d’être bon. Faut-il avoir perdu le nord !

Article ridicule, faux journalisme, le don de chercher à créer des problèmes où il n’y en a pas. Bref une JOKE!

Opinion intéressante. Belle apologie du sexisme numérique, mais mon partenaire SIRI gardera sa voix »féminine ». Toutefois, il est possible technologiquement d’ajuster divers paramètres, comme le timbre, la fréquence, la vitesse d’élocution, etc. afin que la voix nous soit plaisante sur une base individuelle.

De nos jours, il semble que les problèmes de communication soient endémiques dans les sociétés humaines. De façon systématique des personnes, groupes, associations s’emploient à identifier, que dis-je, dénoncer subjectivement toute activité, interaction, création ou oeuvre humaine, qui pourraient comporter une forme »cachée ou subliminale » d’atteinte à l’identité d’un individu (ou d’un groupe de personnes) que l’on nommera racisme, sexisme ou »*phobie »… auxquels on accolera alors le qualificatif de systémique, i.e. faisant partie du construit de notre société. Soulignant ainsi qu’il nous faut déconstruire (détruire?) le tissu social afin de le reconstruire selon de nouveaux paradigmes (choisis ou imposés par qui?).
Oui à l’égalité des personnes, quels que soient leur genre, origine, religion… Non à la victimisation systémique qui empoisonne le discours publique.

Maxime, je vous cite : « Dotés la plupart du temps d’une voix féminine, ces esclaves numériques représentent une forme de sexisme virtuel sournois. Explications. » Explications ? À part la vôtre, très réductrice à mon avis, je n’en trouve aucune dans ce texte.

Il faut bien l’avouer, on n’est plus dans le journalisme ici, mais dans la chronique. J’espère que vous l’aurez noté.

c’est degolasse comment ils ont fait assumption que siri est un femme juste a casue de sa voix. Nous sommes en 2018, non?

Non, une femme qui marche dans la rue est tout ce qu’il y a de plus normal (autant qu’un homme)

C’était une exagération pour illustrer le fait qu’on a tendance à voir du sexisme partout, même là où il y en a pas. Cette façon de traiter les femmes comme d’éternelles victimes est elle-même sexiste.