RCS : Google s’attaque à iMessage d’Apple

Google veut moderniser les textos pour améliorer les discussions (qui en ont grand besoin) entre utilisateurs Android et iOS. Apple refuse. Notre chroniqueur techno explique pourquoi.

Montage : L’actualité

Vous êtes muni d’un téléphone Android et la majorité de vos amis possèdent des iPhone ? Savez-vous que vous ratez peut-être une partie des conversations par textos de vos compères, que vos réponses ne parviennent pas à tous, que vos photos sont reçues pixélisées et que vous n’aurez pas de message en cas de problème de réseau cellulaire ou si l’appareil d’un des copains est mal configuré ?

« Pressions exercées par l’entourage », « intimidation » : le vice-président de Google responsable du système d’exploitation mobile Android, Hiroshi Lockheimer, ne mâche pas ses mots quand vient le temps de qualifier les pratiques d’Apple, qui refuse de remplacer le protocole SMS (derrière l’envoi de textos d’un téléphone à un autre) sur ses iPhone par le protocole RCS, plus récent.

Le cadre réagissait alors sur Twitter à une enquête du Wall Street Journal, qui montrait les effets néfastes chez les adolescents du design d’iMessage, qui ostracise en quelque sorte les messages provenant d’utilisateurs Android, et qui les coupe en partie des conversations de groupe. 

Après cette sortie en règle sur Twitter plus tôt cette année, Google récidive cette semaine avec la publication d’un nouveau microsite appelant ouvertement Apple à remplacer les SMS par les RCS. L’entreprise a également lancé une campagne sur les réseaux sociaux, #GetTheMessage, à laquelle d’autres fabricants de téléphones, comme Samsung et Motorola, ont donné leur appui.

Quel est le problème avec les SMS ?

Le protocole SMS (pour Short Message Service) est en place depuis les années 1990. Malheureusement, il n’a guère évolué : la technologie ne permet pas l’envoi de photos, par exemple (il faut plutôt passer par un autre protocole, le MMS, qui a aussi ses défauts, notamment par rapport à la taille des fichiers envoyés), ni le chiffrement des messages ou la création de groupes de discussion.

C’est, en somme, une technologie désuète.

iMessage ne contourne-t-il pas ces problèmes ?

Pour améliorer l’expérience sur l’iPhone, Apple a lancé en 2011 iMessage, un service de messagerie qui utilise non pas le réseau SMS des opérateurs, mais plutôt le réseau Internet. Les messages y sont chiffrés, on peut envoyer des photos, des vidéos, jouer aux jeux qui y sont intégrés, discuter en groupe et beaucoup plus.

iMessage utilise toutefois aussi le SMS. Si le service Internet ne fonctionne pas, ou si vous écrivez à quelqu’un qui se sert d’un téléphone Android, par exemple, le message est envoyé par le protocole SMS, et s’affiche dans une bulle verte, et non une bulle bleue comme c’est normalement le cas. Vous perdez alors toutes les fonctionnalités avancées d’iMessage. Vos amis sur Android vont recevoir un message, mais ils ne feront pas tout à fait partie de la conversation de groupe, et risquent de rater de bons moments.

C’est cette partie que Google aimerait qu’Apple change, afin que les messages envoyés en dehors du réseau iMessage n’utilisent plus le protocole SMS, mais plutôt le protocole RCS, ce qui permettrait d’uniformiser les discussions entre les utilisateurs des deux plateformes.

Qu’est-ce que le RCS ?

Le RCS (pour Rich Communication Services) est en quelque sorte la version modernisée du SMS, qui offre la plupart des fonctionnalités modernes des applications de messagerie, comme les discussions de groupe.

Sur Android, on peut l’utiliser avec les téléphones Samsung des dernières années, ou avec les appareils dotés de l’application de messagerie Message de Google. Le protocole est aussi parfois nommé Next-Gen Messaging, ou Messagerie avancée, selon les téléphones.

Il a été lancé officiellement au Canada en 2016, mais il a fallu attendre un certain temps avant qu’il soit adopté par les opérateurs de réseaux et les fabricants de téléphones. Vous devrez d’ailleurs peut-être activer le service dans les paramètres de votre appareil Android pour l’utiliser (à partir du menu « Fonctionnalités de clavardage »).  

Pourquoi Apple n’adopte-t-il pas le RCS ?

Apple n’a toujours pas réagi aux demandes de Google. Et à moins qu’une loi ne le force à le faire, ou que les opérateurs mobiles n’abandonnent pour de bon le protocole SMS, rien n’indique que le fabricant de l’iPhone acceptera de jouer le jeu.

Après tout, iMessage est un outil de vente important pour l’entreprise, et l’un des rares points qui rendent le passage d’iOS à Android difficile pour ses utilisateurs. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un service de messagerie intégré représente un tel argument de vente : l’application BlackBerry Messenger (BBM) a longtemps été au cœur de l’identité des téléphones BlackBerry. 

Dans des documents dévoilés au cours de l’année dernière à l’occasion du procès entre Epic Games et Apple, des dirigeants d’Apple avaient résumé le problème de cette façon : « Offrir iMessage sur Android nous ferait plus de mal que de bien. » Il en irait de même pour l’ouverture d’iMessage au protocole RCS, qui améliorerait aussi les communications entre les deux plateformes.

Dans une autre conversation, un cadre d’Apple avait dit qu« iMessage sur Android enlèverait un obstacle pour que les familles avec des iPhone donnent des téléphones Android à leurs enfants » (qui veulent faire partie des conversations de groupe avec leurs amis). Évidemment, il existe une solution simple : passer par une autre application, comme Messenger ou WhatsApp. En pratique, il peut toutefois être difficile de persuader les autres de changer de logiciel, surtout s’ils sont habitués à iMessage. 

Pour Apple, ouvrir iMessage aux utilisateurs du système Android pourrait représenter des milliards de dollars de moins en ventes d’iPhone.

Il faudra probablement beaucoup plus qu’un microsite et qu’un mot-clic sur Twitter pour convaincre l’entreprise de changer son fusil d’épaule.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Apple et Google sont des entreprises prospères à but très lucratif. Ils ne jouent pas. Ils concluent des affaires. De bonnes affaires.
L’auteur nous dit:
« Apple n’a toujours pas réagi aux demandes de Google. Et à moins qu’une loi ne le force à le faire, ou que les opérateurs mobiles n’abandonnent pour de bon le protocole SMS, rien n’indique que le fabricant de l’iPhone acceptera de jouer le jeu. »
Jouer le jeu? Euh…
Voilà de quoi il ne s’agit pas. Ce n’est pas un jeu. C’est une décision d’affaire et si ça ne rapporte pas à Apple, c’est une mauvaise décision en laquelle Apple n’a ni profit ni intérêt.
Apple et Google ne sont pas nos amis. Ils génèrent leurs profits à nos dépends et prennent des décisions qui leur sont profitables.
Finalement, l’auteur nous éclaire en concluant:
« Pour Apple, ouvrir iMessage aux utilisateurs du système Android pourrait représenter des milliards de dollars de moins en ventes d’iPhone. »
Ça sautait aux yeux dès la fin du quatrième paragraphe.
Voilà. Adopter RCS au profit des utilisateurs du système Android pourrait être une mauvaise affaire pour Apple et en effet, essayer de faire brailler le peuple en faveur d’une telle adoption est comme un coup d’épée dans l’eau de la part de Google.
Y a pas d’argent à faire en épongeant les larmes des braillards.

Répondre

Tout à fait et si les utilisateurs d’iPhones ne sont pas satisfaits avec SMS ils ont juste à aller avec Androïd dont les appareils sont généralement moins dispendieux. Il doit bien y avoir une raison pour laquelle les utilisateurs d’iPhones demeurent avec Apple… et son SMS désuet!

Il est désolant que l’utilisateur, malgré toutes les belles promesses qu’on lui fiat à coup de milliards de dollars de pub, compte toujours pour quantité négligeable dans ce genre de tractations.