Tinder, bitcoins et pandémie : une arnaque à 40 000 $

Quand certaines conditions sont réunies, n’importe qui peut tomber dans le piège d’un arnaqueur patient. Un Montréalais l’a récemment appris à ses dépens.

Crédit : L'actualité

Ceux qui connaissent Pierre* n’auraient jamais imaginé qu’il se ferait un jour piéger par un arnaqueur. Très à l’aise avec les nouvelles technologies, il n’a en effet rien de la victime type : il possède tous les derniers gadgets électroniques et a travaillé pour des entreprises de télécommunications. Pourtant, quand on lui a demandé d’installer une application chinoise sur son ordinateur, de vider volontairement son CELI et de suivre aveuglément les conseils d’un inconnu rencontré en ligne, il s’est docilement exécuté.

« Après ma rupture plus tôt cette année, je me suis inscrit à des applications de rencontres comme Tinder », raconte le professionnel dans la trentaine qui, vous le comprendrez, préfère garder l’anonymat. Même si Tinder est surtout connu pour les rencontres éphémères, Pierre est plutôt à la recherche de discussions et de nouvelles amitiés. Le confinement est lourd pour tout le monde, mais encore plus pour un expatrié célibataire comme lui.

C’est ainsi qu’il rencontre sur Tinder un jeune homme montréalais originaire de Hong Kong. Ils sympathisent, discutent de tout et de rien, notamment de technologies et de chiens. Toby, probablement un pseudonyme, a aussi affiché sur son profil une autre de ses passions : l’investissement.

Une première discussion entre Pierre et l’escroc.

« On en a beaucoup parlé. C’est un sujet qui m’intéressait quand j’étais plus jeune, et j’étais curieux d’en savoir plus », explique Pierre. Toby investit dans les bitcoins à l’aide d’une plateforme permettant de parier sur la valeur à court terme de la cryptomonnaie, un peu à la manière des ventes à découvert en Bourse. « Après quelques jours, il m’a proposé de me montrer comment ça fonctionnait. Tout s’est fait en douceur. J’ai accepté. »

Par texto, sur l’application de messagerie WhatsApp, Pierre se fait guider dans une succession d’étapes pour le moins surprenantes. Il doit d’abord acheter pour 500 $ en bitcoins (pour que l’essai en vaille la peine, selon Toby) et télécharger une application chinoise. Celle-ci n’étant pas offerte dans les boutiques d’applications comme l’App Store et la boutique Google Play, il est forcé de l’installer directement sur son téléphone à partir d’un site polonais à l’allure plus ou moins professionnelle et rédigé dans un anglais laborieux.

Avec le recul, la seule vue du site Web aurait dû être suffisante pour l’alerter. « Je raconte l’histoire, et je me dis que c’est vraiment con », reconnaît Pierre. Mais la présence de Toby et le fait que la procédure ne soit pas tout à fait anormale pour une application provenant de Chine — où ces types d’outils qui ne sont pas officiellement offerts doivent souvent être installés de la sorte — le rassurent quand même suffisamment pour aller de l’avant. En moins d’une heure, et en suivant les conseils de son « ami », son investissement initial vaut plus de 800 $. Toujours sous les conseils de son mentor, Pierre retire son argent. « Tout a bien fonctionné et tout était crédible », note-t-il. L’expérience est convaincante.

Les jours se suivent et les discussions continuent. Toby essaie même de rendre le tout plus intime en envoyant des photos osées. « J’ai refusé ses avances parce qu’on parlait maintenant d’argent et que je ne voulais pas mêler les deux », mentionne Pierre.

De la mi-octobre au début novembre, Pierre et son arnaqueur discutent presque tous les jours.

Toby l’invite à une deuxième ronde d’investissement, cette fois de 1 500 $. L’argent fructifie et il le laisse sur son compte. Puis, fin octobre, Toby lui parle d’une promotion pour les 9 ans de l’application : si Pierre certifie qu’il jouera 10 000 $ US, l’application lui remettra 800 $. Alléché par cette offre et voyant que plus on achète de bitcoins, plus la prime est importante, il promet d’investir 30 000 $ US, ce qui lui permettra d’empocher un joli cadeau de 3 800 $. « C’est beaucoup d’argent pour moi, mais mon ami avait dit qu’il m’aiderait. On investirait ensemble, et on partagerait les profits », se souvient-il.

De toute façon, ce n’était pour le moment qu’une promesse d’investissement. Pierre garantissait simplement à l’application qu’il allait investir 30 000 $ US, mais il n’était pas tenu de le faire tout de suite. C’est du moins ce qu’il croyait. « Ils m’ont ensuite dit que j’avais une semaine pour faire l’investissement. Sinon, il faudrait que je paye 50 % du montant en frais », explique Pierre. Craignant de perdre l’argent qu’il a déjà sur la plateforme, il s’empresse d’amasser la somme nécessaire. Rappelons qu’à ce moment-là, Pierre croit faire affaire avec une entreprise légitime, qui vient d’ajouter 3 800 $ dans son compte, et qu’il est toujours encouragé par son « ami ». C’est aussi quelqu’un de droit ; il suit les règles et respecte ses engagements.

Sous les conseils de son mentor, Pierre a au fil des semaines augmenté la taille de ses investissements.

« Je paniquais. J’ai dû vider une grande partie de mon CELI. Et ça n’a pas été facile de tout convertir en bitcoins », dit-il. Il y parvient toutefois. Après quelques jours, son investissement de 30 000 $ US en vaut 83 000 $ US. Mais l’euphorie est de courte durée. « Mon ami m’a alors expliqué que, puisqu’on était à la fin du mois, il fallait payer les impôts sur le profit en Chine », raconte Pierre. Il doit remettre environ 10 000 $ CA à l’application. Et impossible de payer en décaissant la somme de ses profits : on exige qu’il envoie l’argent à partir d’un autre compte.

Cette requête, comme bien d’autres tout au long de cette arnaque, aurait dû lui ouvrir les yeux et lui faire flairer l’escroquerie. Mais Pierre n’en est pas encore là. Il parvient à réunir la presque totalité de cette somme en utilisant ce qui reste de son CELI. Son ami dit qu’il va transférer le montant qui lui manque directement sur l’application pour l’aider. À ce moment, l’idée qu’il est en train de se faire arnaquer ne lui traverse toujours pas l’esprit.

Dans sa tête, l’aventure est stressante, mais payante.

Toutefois, les premiers soupçons viennent ensuite assez vite. Lorsque Pierre tente de retirer une partie de ses gains pour les mettre de côté en prévision des prochains impôts à payer, l’application l’avertit que son compte est gelé parce qu’il est soupçonné de blanchiment d’argent. Pour prouver sa crédibilité, il doit transférer 10 000 $ US de plus, qu’il pourra retirer par la suite.

La discussion entre Pierre et le service à la clientèle de l’application d’investissement lorsqu’il tente de retirer son argent.

« J’ai écrit à mon ami pour lui dire que ça n’avait aucun sens comme façon de procéder, et que j’avais l’impression de me faire arnaquer », poursuit-il. Toby communique avec le service à la clientèle comme il l’a fait à plusieurs reprises jusqu’ici, ou du moins comme il prétend l’avoir fait. Quelques minutes plus tard, il lui suggère de coopérer et de transférer l’argent.

C’est à ce moment que les pièces du puzzle commencent à s’emboîter dans l’esprit de Pierre. À cause de la solitude et de la vulnérabilité qu’il ressent depuis la pandémie, il a fait naïvement confiance à un inconnu qu’il n’avait jamais vu, et qui n’habite probablement même pas Montréal. Cette confiance bâtie durant plusieurs semaines l’a aveuglé au point d’ignorer les signes pourtant évidents qu’il était victime d’une fraude.

« La personne t’approche doucement, elle profite de ton état émotionnel pour te mettre en confiance et elle est assez maline pour que tu croies que l’idée d’investir était la tienne. Tout se fait naturellement », observe-t-il.

Depuis qu’il a été arnaqué, Pierre tente de débusquer les profils suspects sur Tinder.

Cette leçon lui a coûté près de 40 000 $, un montant parti en bitcoins dans un autre pays. « J’ai entamé des démarches auprès de la police, mais selon ce qu’on m’a dit, il n’y aurait rien à faire. Toutes les transactions avec le site ont été faites en bitcoins, je n’ai jamais vu les informations personnelles de mon ami et c’est une application étrangère qu’on ne trouve pas dans les boutiques comme l’App Store », résume Pierre. « Au moins, je ne me suis pas endetté, c’est de l’argent que j’avais », précise-t-il, tâchant de voir le verre à moitié plein. Sa décision de ne pas envoyer à son tour de photos coquines lui a aussi probablement évité bien des ennuis, puisqu’elles auraient pu être utilisées contre lui pour le faire chanter.

Depuis l’escroquerie, Pierre n’a plus de nouvelles de son « ami », mais il affirme voir de nombreux autres profils semblables apparaître sur Tinder. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il tenait à raconter son histoire. Pierre n’est après tout pas le seul célibataire vulnérable ces temps-ci. Et s’il est tombé dans le piège d’une arnaque aussi évidente, personne n’en est à l’abri.

* Le prénom a été changé à des fins de confidentialité.

Laisser un commentaire

Meme chose pour moi 55000$ et 100000 and other fraude depuis2017 j etais tellement malade et faible un bebe aurait pus me controller et je ne suis pas bcp mieux aujourdhui si tu est malade aux Canada c est200% garantie que tu va finir dans la rue croyer moi je suis malade person ne veut m aider welcome Canada

Répondre

J’ai subi le même genre d’arnaque! Quelques appelles reçu d’un étranger qui connaissait mon nom et savait que je possédais de l’argent en BTC. Je me suis fait prendre par BitInvesting.net pour une somme de 20000$. J’aurais jamais pensé que ça pouvait m’arriver.

Répondre

Quelle triste histoire vraie que nous raconte ici Maxime Johnson.

Ce qui a fait le succès des crypto-monnaies, c’est le Blockchain (chaîne de blocs), ce qui en fait l’attrait c’est la cryptographie, le hachage et le caractère aléatoire de la répartition de vos informations qui ne sont pas tenues par un seul opérateur, mais par une communauté de mineurs. C’est bien sûr la théorie : sécurité, inviolabilité et confidentialité absolues.

Il semblerait qu’en pratique, les choses soient différentes, toute transaction douteuse devient impossible à retracer en raison même de la complexité des données et de la répartition des données (théoriquement) aléatoires. Ainsi ce qui passe de ma main droite passe automatiquement dans des mains gauche d’autres impossibles à identifier. Puis celui qui reçoit ce présent, se cache derrière une somme de calculs algorithmiques impossibles à pénétrer.

Ceci faisait déjà quelques années que diverses agences de renseignement s’étaient aperçues que ces monnaies virtuelles étaient très prisées du crime organisé. Que la croissance de la valeur de ces monnaies était artificielle (un peu comme un Ponzi) puisque des criminels faisaient croitre la valeur artificiellement par la multiplication de transactions qui ne sont contrôlées par aucune autorité financière.

Les gens comme Pierre*, alimentent le subterfuge par l’ajout d’opérations. Ce qui est assez fort ici, c’est qu’on appâte les gens avec des petites sommes.

Une des problématiques de l’investissement, c’est la naïveté des investisseurs (moi aussi je me suis avéré être un investisseur naïf avec des valeurs mobilières de « haute qualité » qui ne valent désormais plus rien ou pas grand-chose)…. Mais il y a plus : la faiblesse de la rémunération du loyer de l’argent.

Dans le passé, même une obligation d’épargne du Québec ou du Canada était rémunérée convenablement. Plus maintenant !

Quand les taux d’intérêt sont bas (comme c’est le cas actuellement), quand ce que vous payez pour vos achats à crédit est négligeable, quand les États (solvables) peuvent s’endetter pour des sommes vertigineuses et ne payer que des peanuts d’intérêts, les petits et moyens épargnants ne peuvent pas gagner de l’argent avec des placements de « père de famille » qui ne sont même pas rémunérés à hauteur de l’inflation.

Comment faire pour devenir riche tout en restant vertueux ?

Répondre

« Comment faire pour devenir riche tout en restant vertueux ? »
Épargner massivement. Investir les sommes (si possible à l’intérieur des véhicules mis à la disposition par les gouvernements afin d’épargner taxes et impôts) dans des fonds indiciels (dont la constitution respecte votre profil d’investisseur) diversifiés possédant des ratios de frais de gestion frôlant la gratuité par le biais d’un courtier à escompte. Transiger peu afin d’éviter les frais de courtage et maintenir les sommes et les revenus de ces sommes investis indéfiniment (jusqu’au besoin de retrait partiel). Ne pas écouter les nouvelles « économiques » afin de demeurer investi en toute quiétude. Continuer à épargner en adoptant un mode de vie frugal. Il y a une armée de gens vertueux qui sont devenus riches de cette façon.

En passant, votre commentaire est très pertinent et intéressant, comme à l’habitude.

Télécharger une application chinoise, forcé de l’installer directement sur son téléphone à partir d’un site polonais à l’allure plus ou moins professionnelle et rédigé dans un anglais laborieux…. Ce Toby a bien mérité de s’être fait avoir de cette manière.

Répondre

Pour ma part je me suis fait approcher via un site de rencontre qui s’appelle inter racial!
Le mec m’a jaser pendant 1 mois prétendant être un consultant pour une cie d’importation de baril d’huile. Soudainement la flotte qui transportait les barils avait du retard et il devait ce rendre dans le golf du mexique pour trouver une autre flotte. Il m’envoyait des videos de lui sur ladite flotte etc. Par la suite il y a eu un brie mécanique de cette flotte et il y avait des ingénieurs à bord qui parlait de la faire réparer . Donc il m’a demandé sans jamais l’avoir rencontré, une somme de $8,400 🤬. Je l’ai envoyé au diable et j’ai rapporté cet incident à la police ainsi qu’au site de rencontre duquel il operait.
Il y a tellement d’arnaque qui parte des sites de rencontre car il cherche des gens seuls et vulnérables.

Les photos doivent être volés des réseaux soucieux malheureusement il faut attention, mon fils de 14 ans joue un jeu en ligne quelqu’un lui demande d’être ami avec puis lui demander de télécharger une application et cette application mon mari a fait une recherche ils peuvent avec hacké toute ton information personnelle bancaire une chance mon fils nous a demandé une autorisation!

Répondre

Bjr, je viens de me faire berner pareil par un soi disant chinois qui ma pris par les sentiments…. ma fait mettre de l’argent sur un appli qui n’existe pas sur apple store … jai eu un moment de faiblesse et voila …. c’est exactement la meme chose que cet article …

Répondre

Comment s’appelait ce chinois ? As tu pu retirer l’argent? Je crois aussi que ça m’est arrivé… C’est incroyable

Pareil pour moi. Je n’aurai jamais cru qu’une arnaque puisse être aussi sophistiquée. J’ai perdu 57kE. Une soit disante personne me contacte sur Tinder et ensuite et bien la même chose qu’en haut à peu de choses prêt. Je ne pensais pas être un idiot ou un naif mais là ca fait mal autant au porte-monnaie qu’à mon égo, j’ai très honte. L’arnaqueuse a fait preuve d’une patience de dingue et avait réponse à toutes mes questions jusqu’à ce que ce que j’insiste d’avantage au regard des montants engagés et que je finisse par assembler tous les éléments du puzzle. Le service client on-line était un peu trop dispo pour être vrai. J’ai compris que je m’étais fait rouler dans la farine quand la soit-disante hotline s’est souvenue d’une question que j’avais déjà posé longtemps au paravant. La psychologie de la supercherie est impressionnante: ca démarre avec rien du tout, y’a ensuite toujours une bonne raison d’investir un petit peu plus et c’est très alléchant car les rendements apparents sont très bons. Depuis le départ tout était toujours un peu louche. A l’heure où j’écris ces lignes, l’arnaque est toujours en cours, ils m’ont donné jusqu’à demain pour payer une amende relative à une tentative de retrait « non-autorisé », retrait que j’ai voulu faire quand j’ai compris que je me faisais rouler dans la farine. Je vous passe tous les détails de l’arnaque. J’ai honte, d’un autre côté je n’avais jamais réalisé que des être humains puissent être tordus a ce point, donc oui faut croire que je suis naif.

Répondre