Un nuage maison pour conserver vos photos sans vous ruiner

Fatigué de payer mois après mois pour conserver vos photos sur Google Photos ou iCloud ? Procurez-vous un serveur photo personnel, comme le DiskStation de Synology.

Publié dans :
Bien dépenser
Trucs
metamorworks / Getty Images / montage : L’actualité
Temps de lecture : 9 min.

Plutôt que de dépendre de Google Photos ou de l’iCloud d’Apple, avez-vous déjà songé à conserver vos photos sur un disque dur réseau installé chez vous ? Mieux connu sous le nom de NAS (pour network-attached storage), ce type d’espace de stockage est la façon la moins chère à long terme de sauvegarder vos souvenirs, tout en y ayant accès facilement sur n’importe quel appareil.

Ce serait sûrement une option à considérer pour Stéphanie, une lectrice de Dollars et cents, qui trouve « effarant » de devoir payer 13 $ plus taxes par mois pour son forfait de stockage, qu’elle a dû augmenter au fil du temps. Les photos et vidéos de toute la famille s’accumulent dans le nuage d’Apple depuis une décennie. « À ce rythme, j’y aurai mis plus de 2 000 $ dans 10 ans, étant donné que les prix monteront sans doute. Suis-je condamnée à devoir débourser ces sommes jusqu’à la fin des temps ? » demande-t-elle.

Comme Stéphanie, j’ai aussi besoin d’un forfait de plus de 200 Go (à titre indicatif, j’accumule désormais 70 Go de photos et de vidéos chaque année avec mon téléphone), et c’est vrai que la facture grimpe vite : un tel forfait coûte 140 $ par an avec Google et 156 $ par an avec Apple. Et ce n’est pas comme si on pouvait cesser un jour de payer, comme on abandonne un abonnement Netflix pour quelques mois. Si on veut conserver ses souvenirs, il faut payer jusqu’à la fin de ses jours.

J’ai donc testé un disque dur réseau, pour voir si cela pouvait résoudre mon problème — et celui de notre lectrice. 

Un NAS comme serveur photo

Un NAS n’est pas qu’un simple disque dur accessible par Internet. Il s’agit d’un petit ordinateur qui fonctionne en tout temps (sa consommation énergétique est faible) et sur lequel il est possible d’installer des applications, notamment pour l’entreposage de photos et de vidéos.

Le disque dur réseau Synology DiskStation DS723+ avec l’application mobile Synology Photos. (Photo : Maxime Johnson)

Au lieu d’être sauvegardés dans un centre de données d’Apple ou de Google, vos souvenirs seront dans une petite boîte de la taille d’un dictionnaire, dans votre maison. Et vous pourrez y accéder de la même façon qu’avec un service infonuagique. Vous pourrez regarder vos photos avec un navigateur Web ou encore une application mobile, qui se connectera directement à votre NAS, même si vous voyagez à l’autre bout du monde.

Vous pouvez aussi installer l’application de Synology sur votre téléphone Android ou iOS et activer la sauvegarde automatique pour que tous vos prochains souvenirs soient transférés vers votre NAS.

Quel modèle acheter ?

Il existe différents modèles de NAS, mais à peu près tous les sites spécialisés que j’ai consultés recommandent ceux de l’entreprise taïwanaise Synology, dont l’application Synology Photos rappelle Google Photos et Photos d’Apple. C’est donc la marque que j’ai essayée pour ce test.

Attendez-vous à débourser au moins 570 $ pour acquérir un NAS Synology tout équipé. C’est cher, mais si vous payez déjà pour un forfait de stockage de 200 Go et plus, vous rembourserez votre investissement en quatre ans, puis vous économiserez environ 150 $ par année. En 10 ans, si Apple et Google ne changent pas leurs forfaits, vous aurez épargné plus de 1 000 $.

J’ai personnellement choisi le Synology DiskStation DS723+ (à 670 $), parce que je compte essayer d’autres applications par la suite (on peut s’en servir pour héberger un site Web, par exemple, ou encore pour faire le suivi de caméras de surveillance). 

Mais il existe des options moins chères : le DiskStation DS223, moins puissant, est à 370 $. Il est plus lent lors de la configuration de l’application Synology Photos, mais la différence dans la vie de tous les jours ne sera pas très grande si vous n’utilisez l’appareil que pour stocker vos photos, vidéos et autres documents.

Il y a aussi le DiskStation DS220+ (à 430 $), mais il a été lancé il y a quelques années et son successeur (le DiskStation DS223+) ne sera offert que dans les prochains mois. Celui-ci s’annonce un bon juste milieu entre le DS223 et le DS723+.

Vous aurez également besoin de deux disques durs, sur lesquels seront enregistrés tous vos fichiers. Pourquoi deux ? Parce que si l’un cesse de fonctionner, vos données seront en sécurité sur l’autre. (Bien sûr, cela ne protège pas vos souvenirs contre le feu ou les inondations, qui toucheraient alors les deux disques. Pour contrer ce risque, je vous propose une protection supplémentaire plus bas.)

Le prix varie selon la taille et la qualité des disques. Synology suggère deux disques conçus spécialement pour les NAS, comme les Seagate IronWolf, qui coûtent 100 $ pour 2 To et qui résisteront mieux à l’épreuve du temps que des disques d’entrée de gamme. Vous pourriez aussi payer plus pour un disque SSD plus rapide (nous y reviendrons plus loin).

Comment passer d’un service infonuagique à Synology Photos 

Vous devrez d’abord sauvegarder vos photos et vos vidéos sur votre ordinateur (ou sur un disque dur externe, si vous manquez d’espace). Que ce soit sur iCloud ou Google Photos, vous aurez besoin de quelques clics et surtout de beaucoup de patience, le temps que tout soit téléchargé.

Installez votre NAS et ses disques durs en suivant le manuel d’instructions. La procédure est simple et ne nécessite aucune connaissance particulière.

Une fois l’appareil allumé et configuré, le logiciel Synology Photos s’installe aussi en quelques clics seulement, et vous n’aurez qu’à y transférer vos photos à partir de votre ordinateur (Synology propose des guides complets sur le sujet pour ne rien oublier). 

L’interface Web de Synology Photos. (Photo : Maxime Johnson)

Synology Photos analysera ensuite vos photos, afin par exemple de les classer grâce à la reconnaissance faciale (vous pourrez donc cliquer sur le visage d’un proche pour voir toutes les photos que vous avez de lui).  

Évaluation : presque aussi bon, pour beaucoup moins cher

Dans l’ensemble, j’ai été impressionné par la qualité de Synology Photos.

Le logiciel n’est pas aussi avancé que ceux de Google et d’Apple. Je m’ennuie par exemple des petits montages photos conçus automatiquement et de la possibilité de faire des requêtes complexes, comme « Henri et Simone à la plage » pour retrouver les images de mes enfants au bord de la mer. La reconnaissance faciale de Synology est aussi inférieure à celle des principaux services infonuagiques (elle reconnaît les visages sur moins de photos). L’application me permet néanmoins d’accomplir pratiquement tout ce que je faisais avec Google Photos.

Synology Photos offre le partage des images et la création d’albums communs avec d’autres utilisateurs. Plusieurs membres d’une famille peuvent être sur le même NAS, et vous avez l’option de créer des dossiers partagés pour vos photos familiales.

L’application Synology Photos propose la plupart des fonctionnalités offertes par Google Photos, Apple Photos et les autres applications du genre. (Photo : Maxime Johnson)

L’application est également fluide. Si vous utilisez des disques durs dans votre NAS, le chargement est un peu plus lent qu’avec Google Photos ou iCloud, mais pas au point de causer des problèmes. Personnellement, j’ai installé un disque SSD (plus rapide qu’un disque dur, mais qui coûte 150 $ pour 2 To) dans le NAS, et la vitesse est alors la même qu’avec Google Photos.

Évidemment, le plus grand point positif de la solution est son prix. Mais on tire aussi, il faut le reconnaître, une certaine satisfaction à l’idée d’être maître de ses données. Je suis désormais à l’abri de toute hausse de prix et de tout changement dans les politiques de protection de la vie privée des géants technos.

À vous de protéger vos données

En quittant le nuage de Google et d’Apple, vous quittez aussi une infrastructure robuste, qui est protégée contre les pannes, les bris et les attaques.

En rapatriant toutes vos photos et vidéos, vous rapatriez donc aussi la responsabilité de bien vous en occuper, avec un système de sauvegarde à toute épreuve.

C’est à mon avis la partie la plus complexe liée à l’utilisation d’un NAS pour ses photos et vidéos, et c’est la raison pour laquelle j’hésite à suggérer la solution à tout le monde. Vous devez avoir une certaine habileté informatique (assez au moins pour être à l’aise avec l’installation de nouveaux logiciels) et être à votre affaire pour ne courir aucun risque.

Les NAS proposés ici ont tous deux fentes pour y insérer deux disques, ce qui vous protège contre un bris mécanique d’un des deux. Vous devez toutefois aussi vous protéger contre le feu, les cambriolages et les rançongiciels, qui prennent vos données en otage.

Au minimum, vous pourriez effectuer une copie de sauvegarde de vos données une fois par année sur un disque dur externe (80 $ pour un modèle de 2 To), et ranger ce dernier ailleurs qu’à la maison, que ce soit au travail ou chez un ami. Vous n’auriez alors qu’à conserver vos clichés de l’année courante sur votre téléphone, et vous seriez adéquatement protégé.

Vous n’avez pas besoin d’être un expert informatique pour mettre en place une telle procédure, mais force est de constater que l’économie d’argent que vous réaliserez en stockant vos photos et vidéos sur un NAS à la maison a un prix : celui de la simplicité.

Personnellement, c’est un prix que je suis prêt à payer, mais d’autres préféreront la tranquillité d’esprit d’un service en ligne… quitte à devoir débourser 150 $ année après année.

Ce texte vous a plu ? Recevez chaque samedi nos astuces pour faire de l’argent et économiser en vous inscrivant à l’infolettre Dollars et cents. Il suffit d’entrer votre adresse courriel ci-dessous. 👇

Sur le même sujet