Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Le jour où l’on s’envolera vers une destination vacances dans un avion complètement automatisé n’est peut-être pas si loin…

(Illustration: Carol-Anne Pedneault)

L’avion commercial sans pilote pourrait devenir réalité d’ici 2035, affirment des experts. L’Office national d’études et de recherches aérospatiales, en France, étudie cette possibilité depuis 2004. L’automatisation des dernières années dans le domaine des transports — tant les drones que les voitures sans conducteur — a accéléré les études de faisabilité pour les vols commerciaux.

En 2013, l’avionneur britannique BAE a fait voler sans pilote un jet de 19 places sur 800 km à l’intérieur de l’espace aérien réservé aux avions commerciaux ; seuls le décollage et l’atterrissage ont requis une intervention humaine. Équipé d’un système de détection, l’appareil pouvait éviter les objets, choisir un itinéraire en fonction de la météo et repérer au sol les zones les plus propices en cas d’atterrissage d’urgence. À la mi-juin 2015, un petit avion de quatre places, le Centaur, de l’entreprise Aurora Flight Sciences, a volé sans pilote aux États-Unis, une première. Il était commandé au sol par l’équipe de l’entreprise.
De là à imaginer des taxis volants sans pilote, notamment pour de courtes distances, il n’y a qu’un pas. La technologie sera au point dans quelques années, estime-t-on dans le milieu de l’aviation, mais un gros obstacle risque de ralentir la multiplication des vols entièrement commandés à distance : le sentiment de sécurité des passagers. Avoir un pilote dans le cockpit aura encore pour longtemps quelque chose de rassurant.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie