Le fruit de la convalescence de Julien Dumont

Julien Dumont présente Constance perdue, un album rock bien efficace en écoute exclusive.

Photo par Frédéric Sauvé

Le Voir est hébergé sur le site de L’actualité momentanément, le temps de reprendre ses forces. Abonnez-vous à nos pages Facebook et Instagram, ainsi qu’à notre infolettre pour avoir de nos nouvelles.


C’est dans un temps d’arrêt forcé que Pascal Dumont-Julien (Moussette, Bateau Noir) a puisé son inspiration pour ce premier opus sous les traits de son alter-ego Julien Dumont. Il a imaginé un personnage, Constance,  son acolyte et amoureuse, avec qui il tente de quitter la Tachycardie pour se réfugier en Boréalie, deux univers que tout oppose. L’un évoque le corps malade, et le second, la rémission.

Au-delà de la fable imaginée, on a droit à une livraison de rock efficace. Accompagné de Thomas Augustin (Malajube, Jacquemort, Jesuslesfilles) aux claviers, Chantal Ambridge (Penny Diving, The Muscadettes) au chant, Rémy Nadeau-Aubin (Bateau Noir, Tu dors Nicole) à la guitare, Frédéric Sauvé (Oothèque, The Hotsprings) à la basse et Simon Bilodeau (Coco Méliès, Félixe) à la batterie, Julien Dumont prend son élan et explore des zones post-punk et new-wave de bien belle manière.

L’album Constance Perdue de Julien Dumont paraîtra le 27 mars. 

Les plus populaires