Le journal de quarantaine d’Aliocha

«Je n’ai jamais senti le monde aussi uni qu’en ce moment. C’est un moment de réflexion pour tous.» Aliocha observe la société avec philosophie en cette période de pandémie. 

Photo par William Arcand

Le Voir est hébergé sur le site de L’actualité momentanément, le temps de reprendre ses forces. Abonnez-vous à nos pages Facebook et Instagram, ainsi qu’à notre infolettre pour avoir de nos nouvelles.


Comment gères-tu la quarantaine?

J’essaie de rester actif. Je m’impose une demi-heure de sport tous les matins. J’ai pas mal d’instruments de musique à la maison alors je peux travailler pendant la journée et le soir je lis, je regarde des films, je «skype» avec mes proches. L’ennui n’est pas un problème pour le moment.

Qu’est-ce qui te donne de l’espoir? 

Je n’ai jamais senti le monde aussi uni qu’en ce moment. C’est un moment de réflexion pour tous. On relativise, on se rend compte du caractère éphémère de tout ce qu’on a toujours tenu pour acquis. Notre petite vie n’est plus le centre du monde et nos catastrophes individuelles ne valent soudain plus grand-chose. On prend conscience que notre bien-être dépend de celui des autres, et vice versa. On a une responsabilité face au monde et on se sent moins seul. Ça me donne espoir.

Le film que je regarde: Uncut Gems des frères Safdie! Adam Sandler est incroyable. Good Time le film précédent des mêmes réalisateurs est génial aussi. Robert Pattinson y est méconnaissable.

La série télé que je regarde: C’est comme ça que je t’aime. Du génie.

L’album que j’écoute: Des feux pour voir de Marie-Pierre Arthur. Son lancement était malade. Dès que les salles de spectacles ouvrent, il faut aller la voir.

Le balado que j’écoute: Dirty John ! Je l’écoute pour la deuxième fois. Et Les chemins de la philosophie sur France Culture quand je veux me coucher moins stupide.

L’artiste que j’ai découvert: Lukas Ionesco. Il a sorti son premier album le 20 mars. Excellent folk psychédélique.

Le livre que je lis:  Le naufrage des civilisations d’Amin Maalouf. Pour comprendre un peu mieux pourquoi le monde dérive de cette manière. Et La Maison d’Emma Becker. Superbement écrit. Fascinée par les maisons closes, elle devient prostituée et nous raconte.

Suivez Aliocha sur Facebook et Instagram. Son nouvel album Naked est disponible partout. 

Les plus populaires