Le monde en couleur de La Carabine

Marc-André Filion et Dominick Polski, les deux têtes derrière La Carabine, ont fait paraître à la fin mars Rose et Gris un album rap coloré, et bien personnel. 

Photo fournie par La Carabine

Le Voir est hébergé sur le site de L’actualité momentanément, le temps de reprendre ses forces. Abonnez-vous à nos pages Facebook et Instagram, ainsi qu’à notre infolettre pour avoir de nos nouvelles.


«Voir: Est-ce que tout le monde boit une bière? 

Marc-André: Moi je bois une bière! 

Dominick: Je bois du lait de soya au chocolat… 

Voir: Je suis un peu gênée de ma Tremblay… je sais que tu travailles chez Messorem.

Dominick: Moi, je suis pas gêné de mon lait au chocolat! (rires)»

Ainsi commence notre apéro-entrevue par vidéoconférence avec Marc-André Filion et Dominick Polski, les rappeurs de La Carabine. Le premier est à son lieu de travail, la microbrasserie Messorem Bracitorium, qui a le vent dans les voiles depuis son ouverture à l’été 2019 dans le quartier Sud-Ouest. Le second, qui occupe un poste de coordonnateur d’intervention en milieu HLM, sirote son verre de lait de soya, bien calé dans son divan à la maison. 

La discussion commence, comme c’est maintenant coutume, avec une question sur le moral. Sortir un album pendant la saison de la COVID-19, ça mine un brin. Évidemment, les spectacles à Montréal et à Québec que les gars devaient annoncer ont été annulés. Par contre, la bière La Carabine, une collabo avec Messorem, est bien vivante. Vendue en canette sur place, cette double IPA dry hop est bien fruitée et même un peu traître. 

«Elle saoule! Elle est à 8,2% d’alcool et ça ne paraît vraiment pas. C’est un p’tit jus intéressant. Elle goûte le jus de fruits, elle a une belle couleur et des goûts tropicaux», décrit Marc-André, qui tient le fort sur les lieux en prenant toutes les précautions d’hygiène nécessaires. Il en profite pour faire mousser les ventes de l’album. «Il y a beaucoup de monde qui sont venus acheter de la bière et on a des CDs à vendre ici. On est rendu à une centaine déjà, faque on est rendu on top du palmarès!» Il le dit en blaguant, mais c’est une façon bien originale de promouvoir sa musique.

Si les gars sont plutôt rieurs et enjoués jusqu’ici, l’ambiance change et un nuage se forme à la question du processus de production de l’album Rose et Gris. «Là, ça va tomber dark… », annonce Dominick. 

Pour ce deuxième opus, les gars de La Carabine étaient ravis à l’idée de collaborer avec Dany «Donny» Joseph, l’ami d’enfance de Dominick. En studio, ils ont eu le temps d’enregistrer deux chansons avec le beatmaker. Lors de cette séance, Donny a proposé à Dominick de lui remettre les beats qu’il avait composés sur une clé USB. Le rappeur a refusé. Il souhaitait que Donny soit présent en studio et participe à tout le processus. 

Une semaine après, il est décédé d’une crise cardiaque. 

«C’est un de mes amis de jeunesse, avec qui j’ai commencé à rapper quand j’étais jeune. C’était très difficile pour moi», confie Dominick. Ça lui a pris près de huit mois avant de prendre son courage et de contacter la famille de Donny pour expliquer qu’il devait récupérer les beats. Quand il est passé à son studio maison, il était le premier à y mettre les pieds depuis son décès. «La première chose que j’ai faite, c’était de voir c’était quoi sa dernière composition. C’était l’instrumentale de Marathon et, sombrement, elle a été enregistrée à la même heure que son décès, la même journée. C’est vraiment la dernière chanson sur laquelle il travaillait, raconte Dominick. On a décidé de faire une pièce hommage avec Marathon». 

Une fois les beats en main, le défi a été de trouver un producer qui allait continuer le travail de Donny, sans le dénaturer. «Quand Figure 8 (Omnikron) a entendu les beats, il a dit: “Il faut que ça sorte, que ça vive!” Il les a amené à un autre niveau», souligne Marc-André. «Figure 8 a totalement respecté le travail de Donny, ajoute Dominick. Même vivant, c’était une de ses inquiétudes qu’un autre producteur change tout.» 

Les gars ont donc terminé l’enregistrement de l’album avec Figure 8, qui a même composé deux pièces sur l’album, GODAMMIT et La parade. « Et il y a un jeune avec qui je travaille, Benjamin, qui a produit le morceau Toucher le fond. Ses beats sont incroyables», ajoute Dominick.

Avec les événements qui ont entouré la production de l’album, les gars ont poussé leur écriture vers des zones auparavant inexplorées. «Avec La Carabine, on a toujours voulu rire et être pince-sans-rire. On est une carabine à plomb: on pince, mais on ne tue pas. Mais là, avec ce qui s’est passé, le projet est un peu plus sérieux. Il y a encore du délire, mais c’est plus songé et plus mature. Je pense que c’est à notre avantage», croit Marc-André. 

Je pense qu’on touche beaucoup plus des cordes sensibles sur la réalité, sur les choses qui nous touchent. On peut dire qu’on a plus écrit avec notre coeur qu’avec notre tête.

«Je pense que dans l’intégralité des textes, il y a beaucoup plus de trucs personnels que dans le dernier album, enchaîne Dominick. Je pense qu’on touche beaucoup plus des cordes sensibles sur la réalité, sur les choses qui nous touchent. On peut dire qu’on a plus écrit avec notre coeur qu’avec notre tête.» 

Avec Donny, il avait l’habitude de se promener à travers les maisons luxueuses dans le Parcours du Cerf, un quartier aisé de Longueuil. «On se disait qu’un jour on allait finir là, qu’on allait avoir réussi notre vie. J’ai une ligne sur l’album: La plus grande richesse, c’est qu’on n’a pas fini pauvre. C’est mon verse préféré, et qui est super personnel à moi et Donny.» On retrouve ces paroles sur Marathon, la chanson qui ferme l’album et qui rend hommage à son ami d’enfance. 

Je t’aurais pris sur mon dos si seulement j’avais pu savoir

Sache que chaque marche que je monte est en ta mémoire

Je pense à toi tous les jours depuis ton départ.

La sortie de Rose et Gris, même si c’est un accomplissement très heureux, reste émotive. «Pour moi, c’est difficile, avoue Dominick. Parce que tant que ça restait entre moi, Fillion, Figure 8 et Donny, c’était une lettre, un hommage. Là, que ce soit ouvert au public, c’est comme si notre coeur est ouvert. Il y a la fin d’un truc personnel entre nous. C’est un autre deuil à faire…»

Au détour de l’entrevue, on devine la signification du titre. «C’est rose, parce qu’il faut de la joie. Et on a de gros nuages gris qui sont arrivés, avec le décès de Donny», résume Marc-André. «Ça revient tout le temps à Donny. C’était un moment rose et super joyeux d’être en studio avec lui, et c’est viré gris assez rapidement. Mais il faut se dire que ce qui est gris peut redevenir rose, il faut avoir espoir», conclut Dominick.  

Rose et Gris paru sur Music Mansion Records est disponible partout.